Risque médical : Relyens poursuit sa croissance européenne en dépit d’un marché français dégradé

Avec 891 M€ de primes collectées, le groupe européen de référence en risk management de la santé affiche une année de croissance en 2019, portée par la diversification de ses activités mais marquée par un contexte de marché difficile, en particulier en France. Mobilisé auprès de ses clients dans la crise sanitaire liée au COVID-19, Relyens a assuré la continuité de leurs missions en prenant des mesures spécifiques.

Avec 891 M€ de primes collectées, le groupe européen de référence en risk management de la santé affiche une année de croissance en 2019, portée par la diversification de ses activités mais marquée par un contexte de marché difficile, en particulier en France. Mobilisé auprès de ses clients dans la crise sanitaire liée au COVID-19, Relyens a assuré la continuité de leurs missions en prenant des mesures spécifiques.
« Avec une hausse du chiffre d’affaires de 6%, 2019 a été une année de croissance particulièrement intense pour Relyens. Dans un contexte de transformation de nos clients et de fortes tensions concurrentielles et tarifaires, nous avons su consolider nos activités historiques et affirmer notre dimension européenne tout en répondant à des défis économiques et de solvabilité», déclare Dominique Godet, directeur général du groupe Relyens.

Un marché sous tension et un contexte économique défavorable

Une bonne performance à souligner dans un contexte macro-économique européen défavorable, en particulier en raison des taux bas réduisant la capacité à générer des rendements financiers.
En France, plusieurs facteurs se conjuguent. A savoir une forte pression concurrentielle, notamment portée par les acteurs anglo-saxons, une tension du marché Santé-Social et une évolution de la jurisprudence.
Les derniers textes du Conseil d’Etat quant à l’indemnisation du préjudice professionnel pour les victimes mineures en France ont ainsi contraint le groupe Relyens à augmenter le niveau global de provisions complémentaires à hauteur de 28,2 M€. Cette décision de justice a un impact direct sur la charge de sinistres brute qui atteint 449,2 M€, soit 87 M€ de plus que l’année précédente (+ 24%).
Plus largement la conjonction de ces facteurs au niveau européen et national impacte les résultats du groupe qui affiche une perte -5,7 M€ en 2019.
Dans ce contexte, « La dégradation et la sous-tarification du marché français de la responsabilité civile médicale, en particulier dans les établissements publics de santé, ont conduit le groupe Relyens à mettre en place des mesures de revalorisation ciblées dès le premier semestre 2019 et à mener une campagne de souscription de retour à l’équilibre afin de préserver la rentabilité technique», annonce Dominique Godet.

Toutefois, les fondamentaux financiers de Relyens demeurent solides.
Le résultat de Sham, compagnie d’assurance et société de tête du groupe, atteint 64,3 M€, en augmentation de 25%. Cette forte progression est issue des plus-values réalisées.  Les fonds propres atteignent 343,6 M€ (vs 342,2 M€ en 2018). Le Groupe maintient un ratio de solvabilité à un très bon niveau, 154% (vs 170% en 2018), dans un contexte de taux d’intérêt historiquement bas et de mise sous surveillance du secteur de l’assurance en Europe. L’agence de notation internationale AM Best a, cette année encore maintenu la notation «A- perspectives stables».

Une mobilisation auprès de tous les clients européens contre le Covid-19

« Depuis le début de la crise Covid-19, Relyens accompagne également ses clients et sociétaires Acteurs du soin et Collectivités Territoriales, dans la continuité de leurs missions», souligne Dominique Godet. Le groupe a dans ce contexte mis en place des mesures spécifiques et adaptés dans les pays où il est implanté.
• En France, Sham a étendu ses contrats de responsabilité civile médicale des établissements pour y inclure l’ensemble des personnels intervenant en renfort ainsi que pour les professionnels de santé afin de les couvrir dans le cadre de la réalisation d’actes ne relevant pas de leur cadre d’exercice habituel.
• En Espagne, Sham offre une couverture de responsabilité civile professionnelle à tous les médecins (membres des colegios) qui rejoindront le système de santé publique et une couverture aux médecins qui effectuent les prélèvements à domicile dans le cadre du plan national de dépistage.
• En Italie, les équipes se concentrent en priorité sur les demandes d’accompagnement de ses clients qui bénéficient déjà dans leurs contrats de garanties étendues. Le Groupe a dernièrement pris à sa charge la couverture d’un hôpital de campagne sous la responsabilité d’un de ses clients.

Une offre renouvelée et élargie dans le cadre du "Plan stratégique 2021"

Si la sortie de crise du Covid-19 est encore incertaine, Relyens envisage de continuer à mener des projets ambitieux tout en maintenant une exigence de rentabilité pour poursuivre sa croissance auprès des acteurs de la santé et les acteurs territoriaux. Ce, notamment via le déploiement d’une offre élargie intégrant une nouvelle plateforme de solutions technologiques pour couvrir les risques cliniques, médicaux et cyber et de ses clients et sociétaires.
Le groupe entend poursuivre, du reste, la transformation engagée, dans le cadre de son «Plan stratégique 2021» pour « passer d’une position d’assureur à celle de risk manager »
« Un défi que nous sommes prêts à relever avec l’enrichissement de nos expertises, l’intégration de nouveaux talents et à l’éclairage des enseignements qu’il conviendra de tirer de la situation inédite que nous traversons actuellement», conclut Dominique Godet.
Les résultats 2019 du groupe Relyens en chiffres
• 891 M€ de primes collectées (dont 378 M€ en IARD et 513 M€ en assurances de personnes) en hausse de 5% (847 M€ en 2018)
• 484 M€ de chiffre d’affaires en hausse de 6% (456 M€ en 2018).
• – 5,7 M€ de résultat net (16 M€ en 2018).
• 343,6 M€ de fonds propres (+ 21,5% sur les 5 dernières années)
• 154% de ratio de solvabilité (170% en 2018)
Notation AM Best « A- perspectives stables » confirmée
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.