Risque médical : un coût en hausse

291,2 millions d’euros. C’est le montant des indemnités versées en 2014 par Sham aux 11 000 patients ayant subi un dommage au cours d’un soin. Une somme en hausse de 11% par rapport à 2013 du fait de la progression du nombre de réclamations (+5,3%) et de l’augmentation du règlement moyen des indemnités (+13%). Quant aux cas les plus lourds, Sham n’enregistre aucun dérapage. Comme les années précédentes, la moitié des règlements provient de 5% des sinistres les plus graves : 250 en 2014 ; la majorité étant des cas d’invalidité cérébrale motrice, des accident de naissance, des séquelles de chirurgie orthopédique ou de neuro chirurgie. L’assureur constate aussi une croissance du nombre de réclamations concernant les dispositifs médicaux.

291,2 M€. C’est le montant des indemnités versées en 2014 par Sham aux 11 000 patients ayant subi un dommage au cours d’un soin. Une somme en hausse de 11% par rapport à 2013 du fait de la progression du nombre de réclamations (+5,3%) et de l’augmentation du règlement moyen des indemnités (+13%). Quant aux cas les plus lourds, Sham n’enregistre aucun dérapage. Comme les années précédentes, la moitié des règlements provient de 5% des sinistres les plus graves : 250 en 2014 ;  la majorité étant des cas d’invalidité cérébrale motrice, des accident de naissance, des séquelles de chirurgie orthopédique ou de neuro chirurgie. L’assureur constate aussi une croissance du nombre de réclamations concernant les dispositifs médicaux.
« La relation aux soins évolue. Le patient est, à juste titre, exigeant et fait état de nouveaux préjudices comme le défaut d’information – même s’il n’existe pas de fait dommageable ou la non reconnaissance de la douleur – même quand une opération s’est bien déroulée. » commente Dominique Godet, directeur général du groupe Sham à l’occasion de la présentation à la presse du bilan 2014/ perspective 2015
Le principal assureur français de responsabilité civile médicale compte dans son portefeuille 75% des établissements publics dont 28 CHU sur 32 et un gros tiers des cliniques et la moitié des maisons de retraite.
Malgré un contexte compliqué caractérisé par une intensité concurrentielle élevée, une augmentation continue du coût et du nombre des indemnisations et une tension sur les prix qui contraint les tarifs, Sham enregistre un chiffre d’affaire de 311,4 M€ en 2014, en hausse de + 2,4% par rapport à 2013. De bons résultats dus à l’effort de diversification de l’entreprise qui s’est présentée avec succès sur les marchés des cliniques privées et des maisons de retraite. La couverture de proximité proposée et les nouveaux secteurs compensent la baisse enregistrée sur la responsabilité civile médicale : +20% de croissance dans les secteurs du social et médico-social.
Aujourd’hui, Sham se présente sous la nouvelle entité Groupe Sham puisqu’elle regroupe désormais la société de courtage Sofaxis acquise au dernier trimestre 2013 . Le résultat net du groupe s’établit à 16,7M€, en progression de 17% par rapport à 2013. Ses provisions qui s’élèvent à 1,8 Md€ dont une partie est placée en supports obligataires, actions et financement de jeunes sociétés, génèrent une rentabilité de 34,2M€, en diminution; les taux en 2014 étant proches de 0,46%. « Difficile dans ces conditions de maintenir une gestion financière à la fois prudente et rémunératrice » reconnaît Dominique Godet.
Une percée réussie sur le marché espagnol de la responsabilité civile médicale permet à Sham de gagner des parts de marché auprès des établissements publics et privés et des professionnels de santé espagnols en modélisant le concept français fait son ADN : un acteur intégré, mutualiste, en très grande proximité, intervenant sur des risques longs avec une lecture globale des aléas lui permettant de proposer des solutions d’ensemble qui font la différence…

En 2015, Sham entend conforter ses positions et diversifier ses activités en France et continuer à se développer en Europe.

A propos de Sham

Créée en 1927, Sham est une société d’assurance mutuelle spécialisée dans l’assurance et le management des risques des acteurs de la santé, du social et du médico-social, opérateur de référence français en matière de responsabilité civile. Sham compte 9 467 sociétaires – personnes physiques et morales – et gère 1,7 milliard d’actifs. Basée à Lyon, Sham emploie 330 personnes et a réalisé 311,4 M€ de chiffre d’affaires en 2014. En partenariat avec la Mutuelle Nationale Territoriale et la Mutuelle Générale de l’Education Nationale, Sham fait l’acquisition du courtier Sofaxis en 2013. Fort d’un portefeuille d’activités de 725 M€ de primes collectées, le nouvel ensemble se positionne comme un acteur de référence au service de la filière des soins à la personne et du monde territorial.
www.sham.fr
A propos de Sofaxis
Créé voici près de 30 ans, Sofaxis est l’un des principaux courtiers français en assurance de personnes auprès des collectivités territoriales et des établissements hospitaliers. Sofaxis est l’interlocuteur de référence des décideurs locaux en matière de protection sociale, de gestion des ressources humaines et de performance publique. Avec près de 500 collaborateurs sur deux sites, Vasselay (Cher) et Orléans, Sofaxis totalise 22 000 clients représentant 796 000 agents publics, et a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 64,5 M€ pour 446 M€ de primes collectées.
www.sofaxis.com

Sham et Sofaxis forment ainsi un ensemble singulier, le groupe Sham, conjuguant les savoir-faire de l’assurance, du courtage, du conseil et des services et proposant à ses clients une approche globale de management de leurs risques, de l’assurance de leurs biens et de leurs responsabilités jusqu’à l’assurance de leurs collaborateurs.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.