Robot chirurgical en pédiatrie : informer patients et généralistes

Avancée technologique qui repousse toujours plus loin les frontières de la chirurgie mini-invasive, le robot chirurgical s'applique idéalement à la population pédiatrique. Pour informer et démontrer l'intérêt de cet matériel, l'équipe chirurgie pédiatrique convie les familles des enfants opérés, les médecins généralistes et les pédiatres à une soirée pour présenter cette technique de pointe et dresser un bilan d'un an d'activité, le mardi 16 décembre à l'hôpital Clocheville à 19 heures.

Avancée technologique qui repousse toujours plus loin les frontières de la chirurgie mini-invasive, le robot chirurgical s’applique idéalement à la population pédiatrique. Pour informer et démontrer l’intérêt de cet matériel, l’équipe chirurgie pédiatrique convie les familles des enfants opérés, les médecins généralistes et les pédiatres à une soirée pour présenter cette technique de pointe et dresser un bilan d’un an d’activité, le mardi 16 décembre à l’hôpital Clocheville à 19 heures.

Au programme : projection d’un film et un diaporama, témoignages de jeunes patients et de leur famille, échanges…

Le service de chirurgie viscérale pédiatrique accueille les enfants atteints d’une pathologie malformative ou acquise concernant les viscères, c’est à dire les organes intra-abdominaux ou intrathoraciques. Sont inclues :

– La cancérologie pédiatrique et le traitement des tumeurs solides de l’enfant.

– L’urologie pédiatrique comprenant les malformations congénitales dépistées in-utéro, mais aussi les pathologies dépistées après la naissance et révélées soit par des infections urinaires soit par la surveillance clinique.

– La chirurgie plastique pour corriger les malformations de naissance (fentes labiales, malformations du palais, angiomes, naevus dont certains sont parfois géants et séquelles plastiques d’interventions antérieures)

– Le service des brûlés, pôle référent pour l’inter-région tant dans la phase aigue que dans la phase de séquelles cicatricielles.

L’essor de la chirurgie mini-invasive grâce à l’avènement de la coelioscopie et du robot chirurgical

La coelioscopie permet au chirurgien d’opérer à l’intérieur de la cavité abdominale ou de la cavité thoracique, sous contrôle d’un moniteur vidéo, grâce à une caméra introduite dans l’abdomen et à des instruments introduits par des orifices secondaires.

En évitant d’ouvrir l’abdomen, on diminue les complications ainsi que la douleur post-opératoire. La récupération est beaucoup plus rapide et par conséquent une sortie au domicile plus précoce. Certaines interventions restent néanmoins difficiles à réaliser par cette technique coelioscopique et les progrès technologiques ont permis l’avènement de la chirurgie robotique.

Technologie très avancée, la chirurgie robotique apporte plus de précision et de miniaturisation à la coelioscopie. Les instruments de coelioscopie sont articulés avec des degrés de liberté plus importants. Ils sont manipulés par le chirurgien sur une console qui transmet les mouvements aux instruments. Les sutures micro-chirurgicales gagnent en minutie. Ainsi des interventions ont pu être réalisées sur tout petit enfant de moins de 2 ans.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.