Robotique chirurgicale : le CHU de Grenoble complète son arsenal par un robot de chirurgie mini-invasive

En 1990, le cinéma explorait le futur avec des voitures volantes et des corps se réparant automatiquement. 20 ans ont passé et la réalité n’est pas si loin de la fiction. Da Vinci, le robot de chirurgie utilisé depuis six mois par le CHU de Grenoble est une belle illustration du dynamisme technologique grenoblois dans le domaine de la santé.

En 1990, le cinéma explorait le futur avec des voitures volantes et des corps se réparant automatiquement. 20 ans ont passé et la réalité n’est pas si loin de la fiction. Da Vinci, le robot de chirurgie utilisé depuis six mois par le CHU de Grenoble est une belle illustration du dynamisme technologique grenoblois dans le domaine de la santé.
Sur le plan des innovations, la chirurgie robotique n’a rien à envié aux neurosciences pourtant plus souvent mises à l’honneur. Et le CHU de Grenoble est un exemple probant des progrès rendus possibles grâce aux liens entre l’hôpital et le laboratoire de robotique Techniques de l’imagerie, de la modélisation et de la cognition (TIMC). L’excellence des équipes vient d’ailleurs d’être confirmée par la récente intégration dans le label "Excellence center for computer assisted medical interventions" (ECCAMI).
Dernièrement le renforcement de la plateforme robotique s’est enrichie d’un robot de cœlioscopie permettant une chirurgie mini-invasive facilitée. Cette acquisition conforte le rôle de précurseur technologique de la capitale alpine. Depuis six mois, de nombreux patients ont pu bénéficier du meilleur de la technologie robotique chirurgicale en urologie et en chirurgie digestive et demain, des pathologies de plus en plus complexes seront traitées avec un impact minime.
Ce robot s’intègre au sein d’un pôle technologique comportant des laboratoires de recherche actifs et internationalement connus qui accueillent de nombreux doctorants ou post doctorants étrangers, intéressés par cette expertise.
Au sein de la dynamique de recherche en robotique grenobloise, un axe fort se dégage : la cancérologie. Le cancer de la prostate fait l’objet de développements multiples afin d’en améliorer la détection et de proposer les traitements les plus adaptés. Outre les nombreux systèmes déjà commercialisés de cœlioscopie, un robot innovant aidant la curiethérapie prostatique est en cours de validation. Celui-ci permettra de traiter de manière très précise les petits cancers de prostate.
Des systèmes d’aide à la chirurgie sont développés pour guider des chirurgies à la manière d’un GPS (réalité augmentée). Ces systèmes sont plus particulièrement axés sur la chirurgie rénale et prostatique.
L’avenir s’oriente vers des techniques de moins en moins agressives, non opératoires et de préservation des organes. L’amélioration de la technologie et des compétences des praticiens permet l’essor des thérapies focales. L’utilisation de ces robots et autres systèmes d’assistance à la chirurgie font du CHU de Grenoble un "établissement anticipateur".

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.