Rosa prolonge la main du neurochirurgien

Avec son logiciel de planification préopératoire, ses capacités de navigation, sa technologie robotique pour la manipulation d’instruments chirurgicaux et ses fonctionnalités de visualisation avancée, le nouveau Robot chirurgical ROSA TM devient l’indispensable assistant du neurochirurgien. Présenté à la presse le 3 avril 2012, il complète le plateau technique du service de neurochirurgie que dirige par le Pr Pierre Kehrli.

Avec son logiciel de planification préopératoire, ses capacités de navigation, sa technologie robotique pour la manipulation d’instruments chirurgicaux et ses fonctionnalités de visualisation avancée, le nouveau Robot chirurgical ROSA TM devient l’indispensable assistant du neurochirurgien. Présenté à la presse le 3 avril 2012, il complète le plateau technique du service de neurochirurgie que dirige par le Pr Pierre Kehrli.

L’acquisition de l’appareil produit par une société française a représenté un investissement de 311 000 euros. Le CHU de Strasbourg a bénéficié du soutien financier important d’Arpège prévoyance à hauteur de 175 000 € pour ce projet.
 
ROSA™ a été conçu pour sécuriser et fiabiliser l’intervention chirurgicale avec une technologie robotique exclusive combinée à un dispositif de mesure sans contact consacré à la localisation du patient par rapport aux données préopératoires.
 
Avec ROSA™, le patient souffrant d’épilepsie bénéficiera d’ une intervention moins invasive, plus sure, plus précise et plus courte.
Quant au chirurgien il appréciera la qualité images préopératoires qui lui fourniront une meilleure perception du champ chirurgical, la simplicité de l’interface logiciel et la possibilité de s’affranchir de l’utilisation d’un cadre stéréotaxique ou d’autres repères fixés sur la tête du patient lors de l’acquisition d’images. Le spécialiste gagnera aussi en liberté de mouvement et en précision de guidage grâce aux 6 axes du bras du robot.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.