Rouen 2024 : un CHU plus accueillant, plus accessible, plus performant, plus participatif

« D’ici 2024, le CHU de Rouen aura changé de visage, dynamisé par l’innovation médicale et technologique ! » annonce la directrice générale, Véronique Desjardins, qui a fait le point sur les importants projets immobiliers en cours et présenté les nouvelles organisations de travail, ce jeudi 25 avril 2019. Au total, 500 M€ seront investis entre 2014 et 2024 dont 52 M€ pour le seul bâtiment Robec. Objectif : proposer aux normands un hôpital doté des toutes dernières technologies comme le robot chirurgical Da Vinci X et un lieu de soins confortable avec des parcours plus fluides, un meilleur accueil des patients et un cadre de travail de qualité pour les professionnels. Revue de détail...

« D’ici 2024, le CHU de Rouen aura changé de visage, dynamisé par l’innovation médicale et technologique ! » annonce la directrice générale, Véronique Desjardins, qui a fait le point sur les importants projets immobiliers en cours et présenté les nouvelles organisations de travail, ce jeudi 25 avril 2019. Au total, 500 M€ seront investis entre 2014 et 2024 dont 52 M€ pour le seul bâtiment Robec. Objectif : proposer aux normands un hôpital doté des toutes dernières technologies comme le robot chirurgical Da Vinci X et un lieu de soins confortable avec des parcours plus fluides, un meilleur accueil des patients et un cadre de travail de qualité pour les professionnels. Revue de détail…

L’accueil d’abord

Dans moins d’un an, la nouvelle entrée sera la vitrine d’un CHU accueillant, sensible à la création artistique contemporaine, largement ouvert sur un parvis végétalisé, offrant une perspective apaisante aux 4 000 patients, souvent fragilisés et inquiets, qui se rendent chaque jour dans ses services. Un peu plus loin, dans le nouvel hôpital de jour uro-digestif et oncologie, les chimiothérapies sont dispensées dans des alcôves protectrices.

Alcôves de soins dans hôpital de jour uro-digestif ©CHU de Rouen
Semi-ouvertes, elles préservent l’intimité des patients sans pour cela les isoler. Les patients sont libres de parler entre eux, de se rendre dans l’espace repas, bulle de verre posée au milieu du service où ils peuvent à loisir déjeuner, lire ou boire un café.

Le pavillon Robec, nouveau site chirurgical et fer de lance du programme de modernisation

Destiné à regrouper les blocs opératoires et la chirurgie ambulatoire, le nouveau pavillon Robec ouvrira ses portes au printemps 2020. Ses 4 niveaux abriteront 3 blocs opératoires comprenant 26 salles d’intervention spacieuses et modernes et 48 places d’hospitalisation de jour ambulatoire ainsi que des consultations d’anesthésie. Des salles de chirurgie mutualisées et la centralisation de la gestion des blocs permettront d’optimiser les ressources et les équipements. Pour renforcer l’autonomie du patient et sa réhabilitation post opératoire, le futur opéré pourra se rendre au bloc en marchant, quand son état de santé le permettra. L’objectif est d’améliorer l’autonomie, de préserver la dignité, de réduire l’anxiété préopératoire pour également améliorer la réhabilitation post opératoire.
Dans ce pavillon, la collaboration inter équipes sera renforcée par le rapprochement des services de cardiologie, chirurgie cardiaque et thoracique et la création d’une fédération de chirurgie entre ces 3 spécialités autour d’un projet médical commun. 
La pédagogie au bout du scalpel : Le pavillon Robec sera relié au Medical Training & Testing Center (MTC Rouen Normandie – France) par fibre optique de manière à retransmettre et commenter en direct, avec une qualité d’image optimale, les opérations lors de sessions de formations. 

De nouveaux métiers pour libérer du temps soignant auprès des patients

Afin de recentrer les soignants (infirmier(ère)s et aides-soignant(e)s) sur leur coeur de métier, des « logisticiens d’étage » assureront les tâches qui éloignent les agents des unités de soins, telles que la réception et le rangement des livraisons, gérer les stocks de produits du service, préparer les repas, gérer le linge, transporter des examens de biologie, des médicaments ou autres.
En complément de ce nouveau métier et de ces compétences plus ciblées, un nouveau système d’information (logiciel) facilitant la commande et la traçabilité des produits dans les services va augmenter la qualité de gestion des fournitures (gestion des stocks) tout en apportant une plus grande ergonomie de travail.
Un management dynamisé avec les stand up meeting
Ces réunions d’échanges autour des difficultés rencontrées au cours de la journée ne durent que 15 minutes et se déroulent debout. Tout est affiché sur un tableau, ce qui permet de suivre l’activité au quotidien sans être noyé d’informations. 

Des initiatives en faveur…

… des patients citoyens
Début mai 2019, le CHU ouvre début mai un groupe facebook « patient-citoyen » pour dialoguer de manière constructive sur les projets en cours au CHU et tout particulièrement le pavillon Robec. Les patients seront invités à témoigner de leur expérience et à faire part de leurs souhaits.
 … du développement durable
Une flotte électrique d’auto-partage sera mise à disposition des personnels, au fur et à mesure des renouvellements de véhicules légers.
C’est en déployant un programme de modernisation d’ampleur et en adoptant une dynamique de progrès au quotidien que le CHU se projette en 2024.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.