Rouen « moteur de recherche » sur la polyarthrite rhumatoïde

Le Docteur Vincent Goëb, médecin rhumatologue au CHU-Hôpitaux de Rouen et docteur ès sciences, a reçu le 10 Juin 2009 à Copenhague le prix du jeune chercheur 2009 de la Ligue Européenne de Rhumatologie (EULAR) pour la mise en évidence de nouveaux marqueurs précoces de la polyarthrite rhumatoïde. Ce prix individuel met en valeur le dynamisme des recherches menées conjointement par les équipes de Rhumatologie et d'Immunologie du CHU-Hôpitaux de Rouen.

Le Docteur Vincent Goëb, médecin rhumatologue au CHU-Hôpitaux de Rouen et docteur ès sciences, a reçu le 10 Juin 2009 à Copenhague le prix du jeune chercheur 2009 de la Ligue Européenne de Rhumatologie (EULAR) pour la mise en évidence de nouveaux marqueurs précoces de la polyarthrite rhumatoïde. Ce prix individuel met en valeur le dynamisme des recherches menées conjointement par les équipes de Rhumatologie et d’Immunologie du CHU-Hôpitaux de Rouen.

L’un des principaux objectifs du service de Rhumatologie dirigé par le Professeur Olivier Vittecoq est d’améliorer la prise en charge des patients atteints de rhumatismes inflammatoires et notamment de la polyarthrite rhumatoïde (PR). Cette maladie atteint environ 3 personnes sur 1000 habitants en France. Elle peut toucher les adultes jeunes et conduire à des destructions irréversibles des articulations quand elle n’est pas diagnostiquée à temps, ce qui peut-être le fait d’une présentation clinique initiale atypique. Pourtant, la rapidité du diagnostic est cruciale car elle permettra ensuite de débuter les traitements appropriés le plus tôt possible afin d’empêcher la survenue de dommages articulaires définitifs.

De nouveaux anticorps ont été identifiés dans le sang de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde débutante (issus de la cohorte VErA initiée et coordonnée par le Pr Xavier Le Loët et comprenant des patients atteints de rhumatisme inflammatoire débutant recrutés entre 1998 et 2002 en Normandie et Picardie). Même si des modifications (« mutations ») de certains gènes sont associées à la maladie, leur recherche présente moins d’intérêt en pratique que le test diagnostique actuellement utilisé en cas de suspicion de PR qui est basé sur la recherche dans le sang d’anticorps dirigés contre des protéines modifiées (« citrullinées » du fait de la modification de l’un de leur acide aminé) appelé « test anti-CCP ».
Ce test est très spécifique de la maladie mais manque de sensibilité car il n’est pas positif chez tous les patients atteints de PR, particulièrement au début de leur maladie.

En étroite collaboration avec une équipe de l’unité Inserm 905 (ex-unité 519, faculté de Médecine, Institut de Recherche Biomédicale, Université de Rouen) et notamment Mmes Marlène Thomas-L’Otellier et Danièle Gilbert, M. Roland Charlionet et le Pr François Tron, le Dr Goëb et le Pr Vittecoq ont contribué à la mise en évidence de nouveaux marqueurs précoces de la maladie qui améliorent les performances (gain de plus de 15%) du test actuellement disponible. Ces anticorps, dirigés contre une protéine citrullinée appelée FUSE, permettent ainsi de détecter plus rapidement les formes de la maladie qui n’auraient pas été diagnostiquées par les méthodes actuelles. Ces travaux ont été récemment publiés dans les journaux scientifiques Rheumatology1 et Arthritis Research and Therapy2.

Au stade très précoce de la maladie, seulement 40% des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde sont reconnus par un test anti-CCP positif. Dans la cohorte VErA, les nouveaux anticorps dirigés contre FUSE permettent de diagnostiquer la maladie chez plus de 15% de patients supplémentaires (jaune) contribuant ainsi a une meilleure prise en charge de ces patients.

Références
1 Goëb V, et al. Candidate autoantigens identified by mass spectrometry in early rheumatoid arthritis are chaperones and citrullinated glycolytic enzymes. Arthritis Res Ther. 2009

2 Goëb V, et al. Contribution of PTPN22 1858T, TNFRII 196R and HLA-shared epitope alleles with rheumatoid factor and anti-citrullinated protein antibodies to very early rheumatoid arthritis diagnosis. Rheumatology (Oxford). 2008.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.