Saint-Etienne, dans le TOP 20 des meilleurs établissements de santé en France

Le CHU de Saint-Etienne, 18ème, obtient le meilleur score de la Loire au tableau d’honneur du Point. Il est aussi le seul à être cité parmi les meilleurs dans 41 spécialités sur les 66 étudiées. Le CHU de Saint-Etienne s’affirme comme l’un des meilleurs établissements de la grande région Auvergne-Rhône-Alpes.
Le CHU de Saint-Etienne, 18ème, obtient le meilleur score de la Loire au tableau d’honneur du Point. Il est aussi le seul à être cité parmi les meilleurs dans 41 spécialités sur les 66 étudiées.

Large présence et progression constante,
le CHU de Saint-Etienne s’affirme comme l’un des meilleurs établissements de la grande région Auvergne-Rhône-Alpes. 
En 2016, le CHU est classé 18ème en France, alors qu’il était 34ème en 2010 (19ème en 2015, 20ème en 2014, 23ème en 2012 et 2013, 29ème  en 2011). Seize places gagnées en six ans. « Ce résultat particulièrement favorable témoigne de l’engagement des équipes du CHU de Saint-Etienne dans l’excellence au quotidien, au service de la population du territoire. Ils confirment la position de Saint-Etienne en tant que pôle de référence et de recours hospitalo-universitaire de haut niveau dans la Loire, ainsi que pour le groupement hospitalier de territoire ». commente l’établissement dans un communiqué en date du 29 août.
Le CHU est cité parmi les meilleurs établissements de France pour plus des deux tiers des spécialités analysées
Deux spécialités sont classées en premier au niveau national : le traitement du cancer de la peau et la pose de stimulateurs cardiaques. 
Plusieurs autres ont encore progressé dans le palmarès de façon significative, notamment : le diabète (2ème place cette année, 10ème en 2015), la chirurgie du nez et des sinus (4ème en 2016, 17ème en 2015), la chirurgie des glandes salivaires (9ème cette année, 21ème en 2015), la rhumatologie (9ème en 2016, 17ème en 2015).
Le CHU stéphanois est dans le « top 20 national » ou le « top 50 national » pour de très nombreuses spécialités, parmi les suivantes* :
– Cancer de la peau : 1er en France
– Pose des stimulateurs cardiaques : 1er en France
– Prise en charge du diabète : 2ème ″
– Prise en charge des troubles du comportement alimentaire : 3ème ″
– Chirurgie du nez et des sinus : 4ème ″
– Rhumatologie : 9ème ″
– Interventions sur les glandes salivaires : 9ème ″
– Prise en charge de la schizophrénie : 10ème ″
– Maladies hormonales : 11ème ″
– Audition : 11ème  ″
– Strabisme : 12ème ″
– Ligaments du genou : 14ème ″
– Pneumologie : 14ème  ″
– Chirurgie de la cheville : 14ème ″
– Pédiatrie : 14ème ″
– Prise en charge de l’infarctus du myocarde : 16ème ″
– Chirurgie des artères : 16ème ″
– Traumatologie de la face : 16ème ″
– Chirurgie du glaucome : 17ème ″
– Cancers ORL : 19ème ″
– Epilepsie : 20ème ″
Le pôle cardiovasculaire à l’honneur
L’enquête du Point confirme notamment l’excellent classement du pôle Cardiovasculaire du CHU ; 1ère place en France pour la pose des stimulateurs cardiaques, 16ème pour l’infarctus du myocarde, 16ème pour la chirurgie des artères, et aussi, 22ème pour la chirurgie des carotides, 31ème pour la chirurgie cardiaque. 

Elle reconnait également l’investissement soutenu de certaines équipes, comme la Dermatologie
, 1ère en France pour les cancers de la peau, qui développe de nombreuses nouvelles techniques de prise en charge. 
Elle marque l’entrée de certaines spécialités du CHU avec des résultats très positifs : la chirurgie des ligaments du genou (14ème), la prise en charge des anévrismes cérébraux (23ème) ou encore des lymphomes (24ème). D’autres spécialités marquent leur retour dans les meilleures places du classement en 2016 : la pneumologie (14ème), la prise en charge de l’épilepsie (20ème) ou encore du cancer du poumon (29ème).

Elle confirme enfin la pertinence des projets portés au sein du CHU : un an seulement après l’ouverture du Centre de référence pour les troubles du comportement alimentaire, cette activité est classée 3ème en France. Ce Centre référent régional offre une prise en charge multidisciplinaire (endocrinologie, pédiatrie, psychiatrie).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.