Saint-Etienne / Roanne : coopération renforcée

Animateur de l’offre de soins territorialisée en tant qu’établissement de référence et de recours, le CHU de Saint-Etienne a noué de longue date des relations étroites avec le CH de Roanne. Au sein du département de la Loire, leur collaboration poursuit un seul et même objectif : assurer un accès à des soins gradués et de qualité aux patients du territoire de santé Ouest-Rhône-Alpes. Entériné le 12 mars 2015,

Animateur de l’offre de soins territorialisée en tant qu’établissement de référence et de recours, le CHU de Saint-Etienne a noué de longue date des relations étroites avec le CH de Roanne. Au sein du département de la Loire, leur collaboration poursuit un seul et même objectif : assurer un accès à des soins gradués et de qualité aux patients du territoire de santé Ouest-Rhône-Alpes. Entériné le 12 mars 2015, l’accord-cadre de coopération territoriale vise à accroitre la complémentarité et à définir une véritable stratégie de groupe publique, aboutissant à terme à un projet médical de territoire coordonné.
 
Des filières de soins construites autour de compétences partagées
Le CHU de Saint-Etienne, promoteur d’une communauté d’établissements de santé au Sud du département et le CH de Roanne, établissement référent au Nord de la Loire, s’associent pour conforter l’offre de soins.
 
De nombreuses disciplines sont concernées par l’accord et feront l’objet en priorité d’une coopération : les services de pédiatrie, gynécologie-obstétrique, cardiologie, neurologie, pneumologie, gastroentérologie, néphrologie, ORL, anesthésie-réanimation, chirurgie vasculaire et ophtalmologie.
 
En neurologie, un projet de création d’une unité neuro-vasculaire à Roanne  est mené en collaboration avec le CHU de Saint-Etienne. Des coopérations se sont également mises récemment en place en pédiatrie et en chirurgie vasculaire avec l’arrivée au CH de Roanne de praticiens du CHU de Saint-Etienne.
 
Dans certaines disciplines, des médecins pourront être mis à disposition du CH de Roanne et/ou des postes pourront être partagés. Des praticiens roannais seront également accueillis dans certains services du CHU afin de se former aux dernières techniques innovantes.
 
L’accord sera ensuite décliné par des conventions de coopération spécifiques par filières de soins, afin d’assurer la bonne coordination de l’offre de soins des deux établissements.
 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.