Saint-Etienne – Roanne : vers un destin commun

A compter du 1er janvier 2019, l’Hôpital de Roanne sera associé au CHU de Saint‐ Etienne dans le cadre d’une direction commune, qui comprendra également les EHPAD de Montagny, Coutouvre et Pays de Belmont, déjà en direction commune avec Roanne. Ce rapprochement vise un double objectif : renforcer l’attractivité médicale et développer les coopérations.

A compter du 1er janvier 2019, l’Hôpital de Roanne sera associé au CHU de Saint Etienne dans le cadre d’une direction commune, qui comprendra également les EHPAD de Montagny, Coutouvre et Pays de Belmont, déjà en direction commune avec Roanne. Ce rapprochement vise un double objectif : renforcer l’attractivité médicale et développer les coopérations.

Rapprocher sans fusionner

La Direction commune repose sur un outil juridique simple et réversible, une convention qui permet de rapprocher les établissements dans le respect de leur identité et de leur autonomie. En effet, les établissements gardent leur autonomie juridique et financière, et conservent les différentes instances qui participent au fonctionnement institutionnel quotidien.
En termes de pilotage administratif, la direction générale de cette direction commune sera confiée Michaël Galy, Directeur Général du CHU de SaintEtienne. Il s’appuiera sur les équipes de direction en place, qui constitueront désormais l’équipe de direction de la direction commune, et sur un directeur en charge du pilotage du CH de Roanne, Clément Caillaux, qui assure l’intérim de direction depuis mi‐avril 2018.
Au‐delà de l’attractivité médicale, qui constitue l’enjeu principal, la direction commune sera l’occasion de renforcer les coopérations soignantes, administratives ou techniques, avec la mise en place de partages d’expertises.
Une direction commune au service de l’offre de soin.
La Direction commune s’inscrit dans le prolongement d’une dynamique de coopération déjà ancienne, matérialisée par la signature d’un accord cadre en mars 2015. Ce partenariat s’est traduit par le partage de nombreux postes médicaux en neurologie, par l’autorisation de l’Agence de la Biomédecine pour les prélèvements d’organe dits « Maastricht III », ou encore en ophtalmologie avec l’accès au plateau technique « ophtalmologie nouvelle génération (ONG) ». Ces opérations ont bénéficié d’un accompagnement financier de l’ARS.
Au 1er novembre 2018, six postes d’assistants partagés sont financés par l’Agence, soit la totalité des demandes : deux en cardiologie, un en ORL, un en médecine d’urgence, un en chirurgie pédiatrique orthopédique, et un en rhumatologie, spécialité qui n’était plus assurée par le CH. Ces postes viennent en complément de la dynamique propre au CH, qui a engagé près d’une vingtaine recrutement médicaux sur la fin d’année 2018. D’autres échanges de temps médicaux existent, au‐delà des postes partagés, en cardiologie, néphrologie, chirurgie digestive et médecine pénitentiaire.
Cette volonté de travailler ensemble les parcours médicaux et l’attractivité du CH de Roanne s’est aussi traduite au niveau de l’organisation administrative. Ainsi, en 2017, les deux établissements avaient déjà mis en place une direction commune des affaires médicales, confortée en avril 2018 avec le recrutement d’une directrice des affaires médicales partagée entre le CHU et le CH.
Audelà et au travers l’attractivité médicale, l’enjeu final et fondamental est surtout de sécuriser l’offre de soins sur le territoire roannais, et de la développer autant que possible. Ceci dans le cadre de parcours de soins gradués et coordonnées et, plus globalement, du projet médico‐soignant de territoire.

Chiffres clés des établissements relevant de la direction commune du CHU de Saint-Etienne
Ainsi, les établissements stéphanois et roannais se dirigent vers un destin commun dans le cadre d’une stratégie de groupe public. Ils ont pour ambition de construire un partenariat efficace et équilibré qui permettra aux deux principaux offreurs de soin du GHT Loire de conforter leur place et leur rôle dans leurs territoires respectifs : le CH de Roanne en maintenant et en développant son offre de soin auprès du bassin de population roannais ; le CHU de SaintEtienne en jouant pleinement son rôle d’établissement universitaire support sur son GHT.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.