Saint-Etienne sur la piste de vaccins muqueux contre le HIV et certaines maladies inflammatoires intestinales

Une équipe stéphanoise vient de marquer un essai dans l’immunité antivirale, une avancée qui ouvre la voie à de nouveaux vaccins muqueux qui protègeraient du sida et traiteraient des maladies inflammatoires intestinales comme la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique.

Une équipe stéphanoise vient de marquer un essai dans l’immunité antivirale, une avancée qui ouvre la voie à de nouveaux vaccins muqueux qui protègeraient du sida et traiteraient des maladies inflammatoires intestinales comme la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique.
 
Le Dr Stéphane Paul, le Pr Christian Genin et le Pr Frédéric Lucht* du CHU de Saint-Etienne viennent de publier les résultats encourageants dans la prestigieuse revue « Plos Biology ». Les deux chercheurs tentent notamment d’induire une immunité antivirale au niveau de la muqueuse intestinale qui représente un réservoir important du virus HIV. Ce type de vaccin prophylactique et thérapeutique pourrait permettre de limiter l’infection et la propagation du virus.
 
La première étape de leurs travaux portait sur la protection d’un vaccin par voie muqueuse pour qu’il ne soit pas dégradé par l’environnement intestinal. Ils ont ensuite cherché un vecteur accélérant le passage du vaccin au travers de la muqueuse de l’intestin afin de préserver son efficacité. Ils ont  alors constaté que les anticorps appelés IgA sécrétoires avaient la capacité de traverser facilement et spécifiquement l’intestin tout en stimulant la réponse immunitaire de l’organisme. Les scientifiques sont arrivés à démontrer l’existence de récepteurs spécifiques des IgA sécrétoires à la surface de certaines cellules de l’intestin. Ce nouveau mécanisme mis à jour faciliterait la prise en charge de vaccins par voie muqueuse contre de nombreux agents pathogènes.
 
Cette découverte pourrait s’avérer efficace dans le traitement d’autres maladies inflammatoires chroniques de l’intestin – MICI (maladie de Crohn et Rectocolite Hémorragique). Les spécialistes ignorent encore la cause de l’inflammation intestinale mais savent que la perméabilité de l’intestin entraîne de nombreuses réactions inflammatoires. Les IgA sécrétoires pourraient participer à ce processus et faciliter le transport des bactéries à travers la muqueuse. Cette problématique fait l’objet d’une étude menée conjointement avec une équipe de recherche d’Oxford dans laquelle travaille un ancien doctorant du GIMAP (Dr Nicolas Rochereau) et le service de Gastro- Entérologie du CHU de Saint-Etienne, reconnu pour son expertise dans la prise en charge des MICI. Leurs travaux pourraient améliorer la compréhension de ces maladies et ainsi ouvrir de nouvelles pistes thérapeutiques.

*Le Dr Stéphane Paul, le Pr Christian Genin et le Pr Frédéric Lucht* mènent des recherches au sein du Groupe sur l’Immunité des Muqueuses et Agents Pathogènes (GIMAP) de la Faculté de Médecine de l’Université Jean Monnet et du Centre d’Investigation Clinique (CIC) spécialisé dans la vaccination.
Ce centre bénéficie d’une labellisation au niveau national par le Réseau REVAC, qui regroupe 11 CHU, pour le suivi immunologique de l’efficacité de tous les vaccins.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.