SAMU : Poitiers ouvre un centre de forma­tion d’assistants de régulation médicale

Poitiers annonce l'ouverture d'un centre institutionnel de forma­tion d’assistants de régulation médicale (CIFARM). Ce centre de référence pour la région Nouvelle-Aquitaine sera l’un des 10 centres français agréés. Il accueillera 30 étudiants en formation initiale. Le CIFARM de Poitiers propose une formation pluridisciplinaire avec recours aux techniques pédagogiques innovantes...

Poitiers annonce l’ouverture d’un centre institutionnel de forma­tion d’assistants de régulation médicale (CIFARM). Ce centre de référence pour la région Nouvelle-Aquitaine sera l’un des 10 centres français qui maillera l’ensemble du territoire. Il accueillera 30 étudiants en formation initiale. Le CIFARM de Poitiers propose une formation pluridisciplinaire avec recours aux techniques pédagogiques innovantes telles que la visioconférence, la simulation moyenne et haute-fidélité avec une salle de simulation reprodui­sant un centre de réception et de régulation des appels dans son intégralité, un environnement numérique de qualité, les capsules vidéo (courtes vidéos pédagogiques), le e-learning pour le module d’anglais.  
Ce projet régional s’appuie sur les compétences spécifiques de chaque SAMU de la grande région : celui de Pau avec le SMUR de montagne, de Bayonne avec le SMUR maritime et de Bordeaux, référent zonal pour les risques NRBC-E (situations sanitaires exceptionnelles – SSE – en lien avec les risques nucléaires, radiologiques, biologiques, chimiques ou explosives). Il offre un large choix de terrains de stages sur l’ensemble du territoire Nouvelle-Aquitaine.

Déroulement de la formation

La formation en alternance se déroule sur 42 semaines pour un total de 1 470 heures (formation théo­rique : 21 semaines, formation pratique : 21 semaines).  La formation théorique comprend quatre blocs de compétence :  traitement d’un appel dans le cadre du SAMU-Centre 15 ; la mobilisation et suivi des moyens opérationnels nécessaires au traitement de la demande sur décision médicale ; le traitement des informations liées à la régulation, la qualité, la sécurité et à la vie du service ; l’appui à la gestion des moyens en situations dégradées exceptionnelles, et lors de la mise en œuvre de dispositifs prévisionnels de secours.   
La formation pratique comprend 21 semaines de stages répartis :  en stages découverte (5 semaines) ;  en stages métiers (16 semaines) dans les centres de réception et de régulation des appels des SAMU de la région Nouvelle-Aquitaine participants.   
Les candidats peuvent accéder au centre via la formation initiale, la formation professionnelle continue (notamment cursus partiels, formation professionnalisante) ou encore par validation des acquis de l’expérience professionnelle (VAE).  Pour ces deux derniers modes d’accès, les enseignements sont dispensés sur deux pôles de formation uniques au sein de la Nouvelle-Aquitaine : le CHU de Poitiers pour la zone nord qui comprend l’ex-région Poitou-Charentes et le Limousin, et le CHU de Bordeaux pour la zone sud. Ceux-ci sont réalisés à distance (visioconférence, e-learning), en présentiel ou sous forme de séminaires dans la région (ateliers de simulation, ateliers procéduraux).
Conditions pour intégrer l’IRFAM
Les candidats doivent être âgés de 18 ans au moins au 31 décembre de l’année d’entrée en formation. A l’exception faite de la voie par apprentissage, où aucune limite d’âge n’est prévue. Toutes les personnes intéressées par cette formation peuvent demander des renseignements ou faire acte de candida­ture en écrivant à l’adresse suivante :  cifarm.nouvelle-aquitaine@chu-poitiers.fr  
Les demandes de renseignements et les candidatures seront traitées en septembre.  
Le centre étant situé à Poitiers, la formation se déroulera sur le site de la Milétrie, et plus précisément au sein du bâtiment des écoles et instituts de formation.  
Le CIRFAM de Poitiers répond à la volonté du ministère des Solidarités et de la Santé de renforcer la qualité de la régulation médicale au sein des centres régulant les appels d’urgence médicale (SAMU-Centres 15). Cette formation diplômante est désormais obligatoire pour exercer la profession d’assistant de régulation médicale. Né d’un projet régional porté par le Dr Pierre Vandingenen, responsable médical du CESU 86, le centre intègre la majorité des centres d’enseignement aux soins d’urgence notamment celui du CHU de Bordeaux avec lequel il collabore étroitement. Le CIFARM de Poitiers a obtenu un agrément pour 5 ans.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.