Sclérose en plaque : un espoir pour retarder l’entrée en maladie

L'apport supplémentaire de vitamine D dès les premiers symptômes de la sclérose en plaque peut-il enrayer sa progression ? Pour le savoir le Dr Eric Thouvenot conduit une étude auprès de 316 patients*. Son projet, financé en partie par le mécénat, a été retenu parmi les 50 dossiers déposés par les chercheurs du CHU de Nîmes au titre du Programme Hospitalier de Recherche Clinique National 2012.

L’apport supplémentaire de vitamine D dès les premiers symptômes de la sclérose en plaque peut-il enrayer sa progression ? Pour le savoir le Dr Eric Thouvenot conduit une étude auprès de 316 patients*. Son projet, financé en partie par le mécénat, a été retenu parmi les 50 dossiers déposés par les chercheurs du CHU de Nîmes au titre du Programme Hospitalier de Recherche Clinique National 2012.
Première cause de handicap non traumatique chez l’adulte jeune, la sclérose en plaques est une maladie inflammatoire du système nerveux central qui touche environ 90 000 personnes en France. À l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement curatif contre cette pathologie invalidante mais les chercheurs étudient un moyen de ralentir son avancée. Les  travaux de l’équipe nîmoise permettront d’apprécier l’efficacité d’un traitement par Cholécalciférol (Vitamine D3), peu onéreux  et sans danger, sur la conversion des premiers syndromes cliniques isolés). Ce traitement sera pris en complément de l’arsenal thérapeutique contre la pathologie.
Les chercheurs suivront avec attention la probabilité de progression du handicap, l’évolution des aptitudes cognitives, le nombre de lésions nouvelles ou plus étendues, l’existence ou non d’effets indésirables dus à un apport trop important de vitamines D  (maux de tête, nausées, vomissements, perte de poids, fatigue). Ils constitueront également une biobanque à partir de l’ADN de tous les patients en vue d’analyses génétiques spécifiques.
Une recherche financée en partie par le mécénat
A l’occasion de la Fête de printemps des samedi 13 et dimanche 14 avril, l’association du Comité des fêtes de Saint‐Chaptes a décidé de reverser les bénéfices de la manifestation au projet national de recherche sur la sclérose en plaquest. A l’origine de ce mécénat, deux agents hospitaliers du CHRU de Nîmes : Carole Gandon, responsable du secrétariat à la Direction générale, bénévole active au sein du Comité des fêtes de Saint‐Chaptes et Laurent Rey, cadre au sein de l’unité de production culinaire, amoureux de la Camargue, et fort d’un engagement humanitaire de plusieurs années.
L’édition 2013 de la Fête de printemps est parrainée par l’acteur‐humoriste Patrick Timsit, Martine Timsit, directrice parlementaire de Christiane Taubira et Pascal Duchene, producteur des Enfoirés.

*Ces patients devront être inclus au niveau national. A noter qu’il s’agit uniquement de nouveaux patients pris en charge pour une première poussée et pour lesquels le diagnostic n’est pas encore arrêté.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.