Scolarité des ados : A l’hôpital aussi !

Etre hospitalisé et poursuivre sa scolarité est un droit reconnu pour tout adolescent qui le désire. AISCObam (AIde SCOlaire Bénévole aux Adolescents Malades) est une association qui dispense des cours aux adolescents hospitalisés, principalement au CHU de Nancy. La création d'un organe public national dédié à l'enseignement du second degré en milieu hospitalier est au coeur des revendications d'AISCObam.

Etre hospitalisé et poursuivre sa scolarité est un droit reconnu pour tout adolescent qui le désire. AISCObam (AIde SCOlaire Bénévole aux Adolescents Malades) est une association qui dispense des cours aux adolescents hospitalisés, principalement au CHU de Nancy. La création d’un organe public national dédié à l’enseignement du second degré en milieu hospitalier est au coeur des revendications d’AISCObam.

De la 6ème à la Terminale, les élèves hospitalisés au CHU de Nancy peuvent poursuivre leur programme scolaire grâce à des cours individuels et adaptés dispensés dans leur chambre par 3 professeurs détachés à mi-temps. « Ils peuvent même passer leurs examens à l’hôpital » renchérit Anicet Uhring, président de l’association AISCObam créée en 1991. « 257 élèves sont restés en contact avec l’univers scolaire grâce à nous en 2006 ».
Le suivi de chaque élève s’effectue en liaison avec son établissement scolaire, ses professeurs, sa famille et l’équipe médicale. 2 auxiliaires de vie scolaire développent des activités informatiques complémentaires et des professeurs bénévoles interviennent pour d’autres demandes.

En tant qu’association loi 1901, AISCObam doit passer une convention avec le Rectorat de l’Académie Nancy-Metz et le CHU de Nancy. « La convention n’est pas obligatoirement renouvelée », précise le président d’AISCObam. « C’est pourquoi nous demandons la création d’un établissement d’enseignement à part entière, dépendant de l’Education Nationale, comme c’est déjà le cas pour l’enseignement du primaire. Le cadre législatif existe déjà mais il n’est pas appliqué. » Il ajoute : « nous sommes à ma connaissance la seule association militant dans le sens de l’institutionnalisation de l’enseignement secondaire à l’hôpital. Celui-ci ne devrait pas fonctionner exclusivement sur le mode du bénévolat associatif mais de manière entièrement intégrée au système de l’Education Nationale. Cela fonctionne parfaitement pour l’enseignement primaire, pourquoi pas pour le secondaire ? ».

Point fort de l’association l’articulation qui la lie au SAPAD (Service d’Assistance Pédagogique A Domicile – dépendant de l’Inspection académique de Meurthe-et-Moselle). « Ce lien permet d’éviter toute rupture de suivi entre la fin de l’hospitalisation d’un adolescent et la période de convalescence à son domicile. »
L’ambition d’AISCObam : mobiliser les décideurs politiques pour lancer un groupe de pilotage national nourri par l’exemple nancéien qui constitue selon Anicet Uhring, « une organisation efficace transposable aux autres centres hospitaliers ».

Pour en savoir + sur AISCObam : href= »http://www.ac-nancy-metz.fr/pres-etab/aiscobam » target= »_blank »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.