Scoliose précoce chez l’enfant : un nouvel implant évite les ré opérations

Une petite fille scoliotique de 8 ans particulièrement fragile a reçu un nouveau tuteur : une « tige dynamique à distraction électromagnétique » posée avec succès le 13 janvier 2015 par l’équipe du Docteur Richard Gouron, responsable du service de Chirurgie de l’enfant Orthopédie et Traumatologie du CHU Amiens-Picardie. Une première en Picardie ! La particularité de cette tige est de pouvoir être allongée par électromagnétisme, à l’occasion d’une simple consultation.

Une petite fille scoliotique de 8 ans particulièrement fragile a reçu un nouveau tuteur : une « tige dynamique à distraction électromagnétique » posée avec succès le 13 janvier 2015 par l’équipe du Docteur Richard Gouron, responsable du service de Chirurgie de l’enfant Orthopédie et Traumatologie du CHU Amiens-Picardie. Une première en Picardie ! La particularité de cette tige est de pouvoir être allongée par électromagnétisme, à l’occasion d’une simple consultation.

Cette technologique évite de faire subir à l’enfant des opérations à répétition et contribue à renforcer la sécurité des soins et le confort de jeunes patients.
Une nouvelle opération a été réalisée, également avec succès, fin janvier sur un petit garçon de 3 ans.
Pour soigner les formes sévères de scoliose des enfants jeunes qui évoluent malgré l’utilisation de corsets ou du plâtres, un « tuteur » est classiquement posé et doit être allongé pour l’adapter à la croissance, imposant une opération chirurgicale annuelle.
Cette nouvelle technologie utilisée par le CHU Amiens-Picardie permet de limiter les risques liés à l’anesthésie et à la chirurgie sur des patients particulièrement fragiles. Elle est donc beaucoup moins traumatisante pour les malades jeunes que les techniques chirurgicales traditionnelles.
Ce matériel innovant coûteux a pu être financé grâce au soutien de la COMEDIMS – Commission du Médicament et des Dispositifs Médicaux Stériles. Cette instance qui a un rôle actif dans la politique du médicament à l’hôpital et dans la promotion de la qualité des soins, participe aussi activement à la sécurisation d’utilisation des médicaments et des dispositifs médicaux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.