Scoliose précoce chez l’enfant : un nouvel implant évite les ré opérations

Une petite fille scoliotique de 8 ans particulièrement fragile a reçu un nouveau tuteur : une « tige dynamique à distraction électromagnétique » posée avec succès le 13 janvier 2015 par l’équipe du Docteur Richard Gouron, responsable du service de Chirurgie de l’enfant Orthopédie et Traumatologie du CHU Amiens-Picardie. Une première en Picardie ! La particularité de cette tige est de pouvoir être allongée par électromagnétisme, à l’occasion d’une simple consultation.

Une petite fille scoliotique de 8 ans particulièrement fragile a reçu un nouveau tuteur : une « tige dynamique à distraction électromagnétique » posée avec succès le 13 janvier 2015 par l’équipe du Docteur Richard Gouron, responsable du service de Chirurgie de l’enfant Orthopédie et Traumatologie du CHU Amiens-Picardie. Une première en Picardie ! La particularité de cette tige est de pouvoir être allongée par électromagnétisme, à l’occasion d’une simple consultation.

Cette technologique évite de faire subir à l’enfant des opérations à répétition et contribue à renforcer la sécurité des soins et le confort de jeunes patients.
Une nouvelle opération a été réalisée, également avec succès, fin janvier sur un petit garçon de 3 ans.
Pour soigner les formes sévères de scoliose des enfants jeunes qui évoluent malgré l’utilisation de corsets ou du plâtres, un « tuteur » est classiquement posé et doit être allongé pour l’adapter à la croissance, imposant une opération chirurgicale annuelle.
Cette nouvelle technologie utilisée par le CHU Amiens-Picardie permet de limiter les risques liés à l’anesthésie et à la chirurgie sur des patients particulièrement fragiles. Elle est donc beaucoup moins traumatisante pour les malades jeunes que les techniques chirurgicales traditionnelles.
Ce matériel innovant coûteux a pu être financé grâce au soutien de la COMEDIMS – Commission du Médicament et des Dispositifs Médicaux Stériles. Cette instance qui a un rôle actif dans la politique du médicament à l’hôpital et dans la promotion de la qualité des soins, participe aussi activement à la sécurisation d’utilisation des médicaments et des dispositifs médicaux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Première greffe française de larynx : récit d’une performance lyonnaise

Pour la première fois en France, un larynx a été greffé sur une femme les 2 et 3 septembre dernier. Deux mois et demi après cette opération spectaculaire qui a mobilisé douze chirurgiens issus des Hospices Civils de Lyon et autres CHU français durant vingt-sept heures, le CHU lyonnais communique sur le sujet. Quant à la patiente âgée de 49 ans, elle pourrait retrouver durablement l’usage de la parole vingt ans après l’avoir perdue.

Etudes de Médecine : Romuald Blancard ou l’un des visages de l’ouverture du 2e cycle à la Réunion

Depuis septembre, il fait partie de la première promotion d’étudiants en médecine de quatrième année de La Réunion. Pour Réseau CHU, Romuald Blancard a accepté de nous parler de l’ouverture du deuxième cycle des études médicales sur son île, mais pas seulement. Son parcours atypique, son stage en psychiatrie, ses rêves jamais trop grands etc. ont été abordés dans les locaux du nouveau campus bioclimatique de Sainte-Terre. Sans langue de bois.

Le CHU de La Réunion a pris la vague rose

La seizième édition de la Run Odysséa Réunion s’est tenue les 4 et 5 novembre sur le site de l’Étang-salé, dans l’ouest de la Réunion, et ce malgré une météo capricieuse qui a bien failli compromettre l’opération. 275 000 euros ont été récoltés. Un succès auquel est associé le CHU de la Réunion, partenaire pour la première fois cette année, et dont le baptême de l’eau a été placé sous le signe de la prévention. Reportage.

A Nancy, l’Infiny au service des MICI

En juin 2021, l’Agence nationale de la recherche annonçait le financement de douze nouveaux Instituts hospitalo-universitaires, montant ainsi le nombre d’IHU à dix-neuf avec l’ambition de faire de la France la première nation souveraine en matière de santé à l’échelle européenne. Sur ces douze nouveaux établissements, deux d’entre eux ont obtenu, en raison de “intérêt de santé publique majeur” qu’ils présentaient, le label “IHU émergent ».” C’est notamment le cas de l’IHU INFINY du CHRU de Nancy, officiellement lancé le 7 septembre dernier, et spécialisé dans la prise en charge des MICI.