Sébastopol : le nouvel hôpital de rééducation de Reims

Le CHU de Reims vient d’inaugurer un nouvel établissement de 228 lits répartis sur 15 000 m² : l’hôpital Sébastopol dédié aux soins de suite et de réadaptation, reconnu centre de référence pour les maladies neuromusculaires. Les patients et personnes handicapées nécessitant une évaluation, une rééducation pluridisciplinaire et un suivi spécialisé seront pris en charge par près de 300 professionnels dans des bâtiments flambant neufs. Leur architecture, soulignée de bois et d’ardoise, est rythmée par des espaces baignés de lumière naturelle, vastes patios, multiples terrasses et larges baies vitrées. Au total, un investissement de 50 millions d’euros. Visite guidée des cinq grands secteurs d’activité l’hôpital Sébastopol…

Le CHU de Reims vient d’inaugurer un nouvel établissement de 228 lits répartis sur 15 000 m² : l’hôpital Sébastopol dédié aux soins de suite et de réadaptation, reconnu centre de référence pour les maladies neuromusculaires. Les patients et personnes handicapées nécessitant une évaluation, une rééducation pluridisciplinaire et un suivi spécialisé seront pris en charge par près de 300 professionnels dans des bâtiments flambant neufs. Leur architecture, soulignée de bois et d’ardoise, est rythmée par des espaces baignés de lumière naturelle, vastes patios, multiples terrasses et larges baies vitrées. Au total, un investissement de 50 millions d’euros. Visite guidée des cinq grands secteurs d’activité l’hôpital Sébastopol…
Les deux unités de médecine physique et de réadaptation soignent et rééduquent des patients souffrant d’affections de l’appareil locomoteur (orthopédie, traumatologie et rhumatologie) ou d’affections neurologiques (rééducation en cas de tétraplégie, accidents vasculaires cérébraux, paraplégie, traumatismes crâniens, myopathies). Une fois l’évaluation réalisée par les équipes de Médecine Physique et Réadaptation, le traitement peut commencer autour du plateau technique qui comprend une balnéothérapie avec une piscine de 56 m², un espace kinésithérapie équipé, des séances d’appareillage. Egalement à la disposition des patients des d’ateliers d’ergothérapie, des consultations d’orthophonie, de neuropsychologie clinique…

Salle de kinésithérapie
L’hôpital dispose également d’une unité de médecine polyvalente (20 lits de médecine et de 10 lits à orientation addictologie) et d’une unité métabolisme-nutrition/addictologie de 30 lits, spécialisée dans les maladies du système digestif, métabolique et endocrinien. Elle prend en particulier en charge tous les troubles nutritionnels, dont l’obésité et la dénutrition.
Le secteur gériatrique se compose de trois unités de médecine spécialisées. L’une des unités est plus spécialement dévolue aux patients souffrant de la maladie d’Alzheimer avec des troubles du comportement Unité Cognitivo-Comportementale protégée de 12 lits avec espace Snoezelen®.

L’espace Snoezelen

Les soins palliatifs et d’accompagnement, destinés à soulager les douleurs physiques et autres symptômes, reçoivent aussi des patients en souffrance psychologique, sociale et spirituelle.
Il existe trois niveaux de prise en charge en soins palliatifs : une équipe mobile qui se déplace au chevet du malade (domicile, hôpital, établissement médico-social), 15 lits identifiés de soins palliatifs répartis dans les unités soins de suite et de réadaptation, une unité d’hospitalisation comprenant 14 lits dédiés et, enfin, 8 lits pour les personnes en état végétatif chronique (pauci-relationnel).
Des bénévoles interviennent en partenariat avec l’association Jalmalv-SPAM, ainsi que les représentants du culte.
Les équipes pluridisciplinaires de l’Hôpital Sébastopol sont composées de neurologues, gériatres, palliatologues, médecins rééducateurs, médecins généralistes, diététiciens, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, orthophonistes, cadres de santé, infirmiers, aides-soignants, psychologues, assistantes sociales, secrétaires, agents techniques et agents d’entretien…
Les soins de suite et de réadaptation
Après une hospitalisation, les soins de suite et de réadaptation permettent d’assurer une surveillance médicale et de prodiguer des soins techniques (infirmiers, kinésithérapie…) à des patients en perte d’autonomie. Ils visent également à restaurer l’équilibre des personnes souffrant d’addiction ou de maladies chroniques (diabète, obésité).
Les services de soins de suite et de réadaptation remplissent trois missions principales : la rééducation pour aider le patient à recouvrer le meilleur potentiel de ses moyens physiques, cognitifs et psychologiques, la réadaptation pour apprendre à vivre au mieux avec des capacités plus limitées et la préparation  à un retour à une vie la plus normale possible.
Pour un séjour confortable
Le nouvel Hôpital Sébastopol possède des chambres individuelles et des chambres doubles qui disposent toutes d’un cabinet de toilette avec douche. L’ensemble du mobilier offre une ergonomie adaptée aux besoins des patients en rééducation : volets roulants avec commande intégrée depuis le lit, rails au plafond pour faciliter le lever…
Les systèmes d’éclairage automatique sur détection de mouvement et de rafraîchissement d’air (plutôt que l’installation de climatiseurs) permettent d’économiser l’énergie.

L’hôpital Sébastopol : chiffres repères

50 millions d’euros tous frais confondus (construction et équipements)
Activité : 8 637 entrées en 2011 / 3 196 consultations de Médecine Physique et de Réadaptation en 2011

DMS moyenne :
-16.8 jours en Médecine Physique et de Réadaptation
– 44.7 en Soins de Suite et de Réadaptation Polyvalent
– 241.40 en Unité Pauci-Relationnel
– 45.2 en Soins de Suite et de Réadaptation Gériatrique

L’établissement accueille des patients souffrant  d’affections de l’appareil locomoteur, d’affections du système nerveux, digestif, métabolique ou endocrinien ou encore d’affections liées au vieillissement polypathologie, dépendance ou à risque de dépendance.

Architecte : Rémy Butler

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.