Sécurité des systèmes d’information : une protection comparable à la sécurité incendie

Eté 2008, une caisse régionale de la Caisse nationale d'assurance maladie est paralysée à la suite d'un incendie survenu dans la salle informatique. Il faut plusieurs semaines aux équipes informatiques pour redémarrer une activité minimale. Hiver 2009 : des hôpitaux français attaqués par le virus informatique Conficker voient certaines de leurs applications altérées : laboratoires, dossier médical informatisé, messagerie électronique, accès au Vidal, etc. L'actualité regorge de sinistres informatiques ayant pour origine une malveillance, une inondation, un incendie, etc. avec pour conséquence une forte perturbation voire l'arrêt total de l'activité. Aucune structure n'est à l'abri. Et s'il apparaît impossible de prévenir toutes les menaces qui pèsent sur le système d'information, les établissements ont cependant la responsabilité de protéger leurs données et de concevoir des mesures palliatives. Tel est l'enjeu du plan de reprise et de continuité d'activité élaboré par la Direction des Systèmes d'Information et des Télécommunications et le responsable sécurité des systèmes d'information du CHU de Nantes.

Eté 2008, une caisse régionale de la Caisse nationale d’assurance maladie est paralysée à la suite d’un incendie survenu dans la salle informatique. Il faut plusieurs semaines aux équipes informatiques pour redémarrer une activité minimale. Hiver 2009 : des hôpitaux français attaqués par le virus informatique Conficker voient certaines de leurs applications altérées : laboratoires, dossier médical informatisé, messagerie électronique, accès au Vidal, etc. L’actualité regorge de sinistres informatiques ayant pour origine une malveillance, une inondation, un incendie, etc. avec pour conséquence une forte perturbation voire l’arrêt total de l’activité. Aucune structure n’est à l’abri. Et s’il apparaît impossible de prévenir toutes les menaces qui pèsent sur le système d’information, les établissements ont cependant la responsabilité de protéger leurs données et de concevoir des mesures palliatives. Tel est l’enjeu du plan de reprise et de continuité d’activité élaboré par la Direction des Systèmes d’Information et des Télécommunications et le responsable sécurité des systèmes d’information du CHU de Nantes.

Parmi les six projets de sécurisation du système d’information, le plan de reprise et de continuité d’activité s’avère primordial. Il poursuit un double objectif :
– rendre plus robuste l’infrastructure informatique et pallier les pannes les plus courantes (panne d’un serveur, coupure d’un lien réseau entre le site de Saint-Jacques et celui de l’hôtel-Dieu) mais aussi les sinistres de grande ampleur (incendie et destruction d’une salle machine informatique). Le dispositif en ce cas est essentiellement technique : doublement des salles informatique et du réseau, etc.
– veiller à la continuité du service et donner les moyens aux équipes de soins, administratives et techniques de fonctionner, même de façon limitée. Pour cela un dispositif de substitution doit être prévu, il peut être essentiellement organisationnel et s’appuyer sur les autres moyens de communication téléphone et du fax, etc.

Pour élaborer ce dispositif, les procédures dégradées doivent être définies par les services métiers eux-mêmes en fonction des risques qu’ils jugeront majeurs ou inacceptables. Ces procédures devront ensuite être diffusées, connues et testées régulièrement, de la même manière les procédures de sécurité incendie.

Le calendrier
Lancé fin 2009, le plan de reprise et de continuité d’activité est actuellement dans sa phase pilote pour la partie des applications métiers. Son développement devrait se poursuivre jusqu’à la fin 2012. La Direction des Systèmes d’Information et des Télécommunications, puis le Responsable Sécurité des Systèmes d’Information (Cédric Cartau, arrivé en septembre 2009) ont structuré les projets sécurité, en relation forte avec les directions métier et les maîtrises d’ouvrage au CHU de Nantes.

L’infrastructure informatique au CHU : données repères
– 500 serveurs,
– 5 000 postes de travail,
– plusieurs millions de fichiers sur les serveurs bureautiques,
– environ 50 attaques virales bloquées chaque jour,
– environ 230 000 spams bloqués chaque jour.

Contact
Cédric Cartau, Responsable Sécurité des Systèmes d’Information
02 40 84 60 08
href= »mailto:cedric.cartau@chu-nantes.fr »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.