Sécurité renforcée au CHU de Nîmes : partenariat avec l’Etat et le ministère de la Justice

L’hôpital n’échappe pas aux maux de la société. Depuis le début de l’année, le Service Sécurité des Biens et des Personnes (SSBP) du CHU de Nîmes a effectué 518 interventions. Il a notamment procédé à 9 interpellations dans le cadre flagrant délit et saisi 32 armes de catégorie D, soit une hausse de 8 % par rapport à 2016. Sont principalement concernés les urgences et la psychiatrie, mais aucun service n’est épargné. Face à la montée des incivilités et des agressions, le CHU a souhaité renforcer la sécurité des agents hospitaliers, des usagers et des biens, faciliter les coopérations avec les forces de l’ordre, simplifier les dépôts de plainte et à permettre d’accélérer les décisions de justice. Autant de signaux forts contre le sentiment d’impunité qui a pu se répandre.
L’hôpital n’échappe pas aux maux de la société. Depuis le début de l’année, le Service Sécurité des Biens et des Personnes (SSBP) du CHU de Nîmes a effectué 518 interventions. Il a notamment procédé à 9 interpellations dans le cadre flagrant délit et saisi 32 armes de catégorie D, soit une hausse de 8 % par rapport à 2016. Sont principalement concernés les urgences et la psychiatrie, mais aucun service n’est épargné. Face à la montée des incivilités et des agressions, le CHU a  souhaité renforcer la sécurité des agents hospitaliers, des usagers et des biens, faciliter les coopérations avec les forces de l’ordre, simplifier les dépôts de plainte et à permettre d’accélérer les décisions de justice. Autant de signaux forts contre le  sentiment d’impunité qui a pu se répandre.
Le CHUN s’est aussi engagé dans une politique d’accompagnement et de soutien aux agents professionnels victimes d’agression et confrontés à des situations parfois traumatisantes. La concrétisation de ce partenariat constitue un signe très positif et rassurant pour les collaborateurs du CHUN. Il aidera l’hôpital à redevenir un espace où les soins sont prodigués dans la sérénité.

Mieux connaître le Service Sécurité des Biens et des Personnes (SSBP)

Le SSBP a pour mission de veiller à la sécurité des biens (lutte contre les vols et les dégradations) et des personnes (visiteurs indélicats, patients et/ou accompagnants perturbateurs…) sur les différents sites du CHUN. L’objectif des équipes du SSPB est de faire diminuer le nombre d’actes de malveillance constatés, d’accompagner les agents victimes d’agressions verbales ou physiques, de concilier sécurité, contraintes de fonctionnement et qualité de l’accueil.

Opérationnel 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, le service compte 30 agents. En termes d’équipements, les agents membres du service peuvent s’appuyer sur 100 caméras de vidéoprotection déployées sur l’ensemble du site de Carémeau avec, a minima, un opérateur vidéo présent H24 7J/7j et deux opérateurs vidéo présents en journée la semaine. En complément, l’établissement dispose d’une soixantaine d’alarmes, des moyens d’alerte DATI (Dispositif d’alerte pour travailleurs isolés et autres), des véhicules de patrouille sérigraphiés et des équipements de protection individuels.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.