Sécurité renforcée au CHU de Nîmes : partenariat avec l’Etat et le ministère de la Justice

L’hôpital n’échappe pas aux maux de la société. Depuis le début de l’année, le Service Sécurité des Biens et des Personnes (SSBP) du CHU de Nîmes a effectué 518 interventions. Il a notamment procédé à 9 interpellations dans le cadre flagrant délit et saisi 32 armes de catégorie D, soit une hausse de 8 % par rapport à 2016. Sont principalement concernés les urgences et la psychiatrie, mais aucun service n’est épargné. Face à la montée des incivilités et des agressions, le CHU a souhaité renforcer la sécurité des agents hospitaliers, des usagers et des biens, faciliter les coopérations avec les forces de l’ordre, simplifier les dépôts de plainte et à permettre d’accélérer les décisions de justice. Autant de signaux forts contre le sentiment d’impunité qui a pu se répandre.
L’hôpital n’échappe pas aux maux de la société. Depuis le début de l’année, le Service Sécurité des Biens et des Personnes (SSBP) du CHU de Nîmes a effectué 518 interventions. Il a notamment procédé à 9 interpellations dans le cadre flagrant délit et saisi 32 armes de catégorie D, soit une hausse de 8 % par rapport à 2016. Sont principalement concernés les urgences et la psychiatrie, mais aucun service n’est épargné. Face à la montée des incivilités et des agressions, le CHU a  souhaité renforcer la sécurité des agents hospitaliers, des usagers et des biens, faciliter les coopérations avec les forces de l’ordre, simplifier les dépôts de plainte et à permettre d’accélérer les décisions de justice. Autant de signaux forts contre le  sentiment d’impunité qui a pu se répandre.
Le CHUN s’est aussi engagé dans une politique d’accompagnement et de soutien aux agents professionnels victimes d’agression et confrontés à des situations parfois traumatisantes. La concrétisation de ce partenariat constitue un signe très positif et rassurant pour les collaborateurs du CHUN. Il aidera l’hôpital à redevenir un espace où les soins sont prodigués dans la sérénité.

Mieux connaître le Service Sécurité des Biens et des Personnes (SSBP)

Le SSBP a pour mission de veiller à la sécurité des biens (lutte contre les vols et les dégradations) et des personnes (visiteurs indélicats, patients et/ou accompagnants perturbateurs…) sur les différents sites du CHUN. L’objectif des équipes du SSPB est de faire diminuer le nombre d’actes de malveillance constatés, d’accompagner les agents victimes d’agressions verbales ou physiques, de concilier sécurité, contraintes de fonctionnement et qualité de l’accueil.

Opérationnel 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, le service compte 30 agents. En termes d’équipements, les agents membres du service peuvent s’appuyer sur 100 caméras de vidéoprotection déployées sur l’ensemble du site de Carémeau avec, a minima, un opérateur vidéo présent H24 7J/7j et deux opérateurs vidéo présents en journée la semaine. En complément, l’établissement dispose d’une soixantaine d’alarmes, des moyens d’alerte DATI (Dispositif d’alerte pour travailleurs isolés et autres), des véhicules de patrouille sérigraphiés et des équipements de protection individuels.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.