Ségur de la Santé : la commission des Affaires sociales retoque un texte « décevant »

Déçue par un texte "disparate", sans ligne directrice ni de vision stratégique, la commission des Affaires sociales a largement remanié cette proposition de loi et supprimé 10 articles sur 37.

Déçue par un texte "disparate", sans ligne directrice ni de vision stratégique, la commission des Affaires sociales a largement remanié cette proposition de loi et supprimé 10 articles sur 37.
Pour Alain Milon, rapporteur de la commission des Affaires sociales: «contrairement aux promesses de l’intitulé du texte, le choc de confiance et de simplification attendu par les acteurs de santé n’est pas au rendez vous : ce texte au contenu disparate, sans ligne directrice forte et dépourvu de vision stratégique, n’est pas à la hauteur des espoirs suscités par le Ségur de la santé et ne semble tirer aucun enseignement de la crise sanitaire».
La commission a adopté un texte largement remanié et supprimé 10 articles sur 37.
Elle a supprimé l’article 1er, désormais vidé de toute portée, qui proposait initialement la création d’une «profession médicale intermédiaire» rejetée par les professionnels de santé. Elle a réaffirmé le rôle des associations dans l’encadrement des bénévoles dans les établissements de santé, en supprimant l’article 4 bis instaurant un bénévolat individuel.

Un texte particulièrement décevant sur la question de l’attractivité des métiers

Sur le recrutement des praticiens hospitaliers et la gouvernance des établissements publics de santé, la commission a jugé le texte particulièrement «décevant», alors que les constats posés par deux récents rapports, Claris et Notat, ont eu le mérite de fédérer la majorité des acteurs hospitaliers. «L’hôpital public ne pourra plus très longtemps subir un abandon résigné que les pouvoirs publics n’ont pu jusqu’à présent enrayer, s’est-elle élevée. L’attractivité des professions hospitalières publiques, qui suscite à ce jour le plus d’inquiétude, ne reçoit que des réponses limitées, parfois contre productives». De fait, par un recours excessif et peu concerté aux groupements hospitaliers de territoire (GHT), le texte s’est attiré la méfiance des acteurs locaux et la commission a recentré l’article 4 sur le projet territorial de santé (PTS).

Le personnel paramédical insuffisamment considéré

Si plusieurs articles refondent de façon bienvenue la gouvernance médicale de l’hôpital en valorisant le rôle du chef de service et en associant plus étroitement le personnel médical à la gestion de l’établissement, la commission a déploré d’importantes lacunes qu’elle a tenté de combler, notamment l’absence inexplicable de dispositions relatives au personnel paramédical. Elle a introduit à l’article 6 le principe d’une élection du président de la commission des soins infirmiers. Elle a également précisé les dispositions visant à rendre le directoire de l’établissement plus représentatif des professions hospitalières et à lutter contre le recours abusif à l’intérim médical
Cette proposition de loi sera examinée en séance publique le mercredi 17 février.
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.