Ségur de la santé : l’ADH appelle ses adhérents à participer au débat

L’Association des Directrices et des Directeurs d’Hôpital salue les travaux lancés dans le cadre du Ségur de la Santé et souligne la reconnaissance par le Premier Ministre de tous les acteurs de la chaîne de soins pendant la crise sanitaire. L'association soutient l’action engagée pour revaloriser certaines rémunérations non attractives de professionnels hospitaliers et incite ses membres à être forces de propositions...

L’Association des Directrices et des Directeurs d’Hôpital salue les travaux lancés dans le cadre du Ségur de la Santé et souligne la reconnaissance par le Premier Ministre de tous les acteurs de la chaîne de soins pendant la crise sanitaire. L’association soutient l’action engagée pour revaloriser certaines rémunérations non attractives de professionnels hospitaliers et incite ses membres à être forces de propositions…
Les différents axes du plan Ségur énoncés par le Premier Ministre ont été identifiés comme prioritaires par l’ADH depuis plusieurs années. L’association a ainsi appelé à "des mesures rapides et fortes pour l’Hôpital Public" et déjà formulé, dans ce cadre, des propositions auprès des pouvoirs publics . A savoir: revalorisation des carrières et des salaires, simplification des processus de décision, augmentation de l’ONDAM…. Dans un communiqué, publié le 29 mai 2020, elle souligne que "cette pandémie doit permettre de tirer les leçons de la crise actuelle et de capitaliser sur les bonnes pratiques et innovations qui auront émergé afin de redonner à l’hôpital public la place pleine et entière qui doit être la sienne".
Dans ce contexte, l’’ADH veut participer activement au débat, en y apportant des propositions concrètes et représentatives de la profession. Un questionnaire va dans ce cadre être adressé aux directrices et directeurs d’hôpital début juin afin d’alimenter les contributions de l’association, dans la continuité de celles qu’elle a déjà portées, notamment sur le champ de la territorialisation ou bien encore de la simplification administrative.

L’attente d’une reconnaissance de l’engagement et d’une valorisation de tous les métiers hospitaliers

L’association annonce qu’elle soutiendra, du reste, toutes les mesures qui garantiront une reconnaissance de l’engagement de tous les professionnels dans la gestion de la crise, et qui leur donneront les moyens de remplir efficacement et sereinement leurs missions: valorisation des métiers hospitaliers, et tout particulièrement les métiers soignants, arrêt des plans successifs d’économies et l’assurance d’un ONDAM suffisant et de réelles capacités d’investissement. "La construction de l’offre de soins, et dans ce cadre l’organisation hospitalière, ne peuvent plus être pensées prioritairement au travers du prisme de la régulation budgétaire mais doivent avant tout s’appuyer sur une dynamique de santé publique et sur la qualité et la sécurité des soins", estiment les dirigeants hospitaliers. Et de souligner que "les règles actuelles de la gouvernance ne sont pas la raison des difficultés rencontrées". Le temps est encore moins qu’avant au conflit et au clivage entre ceux qui composent la mosaïque hospitalière. Placer le patient encore plus au centre de l’action nécessite l’émergence d’innovations, à dimension variable, souples et adaptables suivant les contextes territoriaux ou locaux, favorisant la co-construction, la rapidité d’action et la complémentarité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.