Selon l’OMS, le nationalisme vaccinal pourrait coûter jusqu’à 9200 milliards de dollars à l’économie mondiale

Le manque d’équité concernant l’accès aux vaccins constituerait non seulement «un échec moral catastrophique mais également un échec économique» alerte l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Alors qu'une cinquantaine de pays ont commencé leur campagne vaccinale contre la COVID-19, elle en appelle aux régions développées pour soutenir le reste du monde.

Le manque d’équité concernant l’accès aux vaccins constituerait non seulement «un échec moral catastrophique mais également un échec économique» alerte l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Alors qu’une cinquantaine de pays ont commencé leur campagne vaccinale contre la COVID-19, elle en appelle aux régions développées pour soutenir le reste du monde.
Avec près de 100 millions de cas de COVID-19 signalés dans le monde, l’OMS a appelé tous les pays à entamé leur campagne de vaccination dès les premiers mois de l’année 2021. A cette date, seule une cinquantaine a répondu à l’appel, faute de moyens pour la majorité des autres de vacciner leur population. Lors du dernier point sur la pandémie, le 25 janvier, le Dr Tedros, directeur de l’organisation mondiale pointe cet «échec moral catastrophique» et le lourd impact qu’il pourrait avoir sur l’économie mondiale.
Et de fait, selon l’Organisation internationale du travail (OIT), c’est 8.8 % du travail mondial qui a été perdu, durant l’année 2020. Une diminution qui a entrainé «une baisse des revenus mondiaux du travail équivalent à 3 700 milliards de dollars ». Pour envisager un rétablissement économique et une reprise du marché mondial du travail durant le second semestre 2021, l’OMS insiste sur le nécessaire soutien international à la vaccination dans les pays aux revenus faibles ou intermédiaires.
« La santé et l’économie sont étroitement liées »
Cette analyse est étayée par une étude commandée par la Fondation pour la recherche de la Chambre du commerce international (ICC) qui rappelle que les différentes économies sont «interconnectées par des liens commerciaux et des liens de productions».
« Même si l’on parvient à une vaccination universelle dans les économies avancées, il subsistera un énorme impact sur le secteur des échanges, puisque ces économies avancées sont largement connectées aux échanges internationaux», détaille Sebnem Kalemli-Özcan, coauteure du rapport et professeur d’économie à l’université du Maryland. Non seulement ces économies avancées vont sentir cet impact, mais elles vont devoir en supporter la moitié ».
Cette étude montre en l’occurrence qu’a défaut d’une cohésion internationale dans le déploiement de la vaccination, la juxtaposition de campagnes vaccinales nationales, pourrait coûter jusqu’à 9200 milliards de dollars à l’économie mondiale. De plus, près de la moitié de ce coût – 4 500 milliards – serait reporté sur les économies les plus riches. Pour John Denton, secrétaire général de la ICC, cela ne revient pas à un acte de charité : «c’est du bon sens économique!».

Une alternative solidaire et gagnante

Une initiative internationale a déjà été lancée fin avril 2020 dans ce sens, même si trop modeste à ce stade pour supporter une campagne vaccinale de cette ampleur. ACT, pour Access to Covid-19 Tools, est un dispositif destiné à fournir du matériel médical aux pays à faibles revenus. L’enjeu étant d’accélérer la rapidité de diagnostics, de traitements et de vaccins contre le virus.
Le directeur général de l’OMS souligne qu’en comparaison aux potentiels 9200 milliards de perte mondiale, «le déficit de financement du dispositif s’élève à 26 milliards de dollars». De plus, l’étude de l’ICC établit que si ce dispositif était entièrement financé, «l’accélérateur ACT rapporterait jusqu’à 166 dollars pour chaque dollar investi».
Pour en savoir plus : Point de situation COVID-19 de l’OMS-25 janvier 2021
 Titouan De Sousa et Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.