Semaine de la vaccination : La rougeole en priorité

Du 26 avril au 2 mai 2011 se déroulera la 5e Semaine européenne de la vaccination, campagne initiée par l’Organisation Mondiale de la Santé. Relayée dans une centaine de pays, elle est portée, en France, par les services du ministère de la Santé et l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). Cette année, l'accent est mis sur la lutte contre la rougeole. Dans toutes les régions, les professionnels de santé se mobilisent. Focus sur les actions de sensibilisation et de prévention assurées par les des CHU de Nantes, de Nice et du CHR d'Orléans...

Du 26 avril au 2 mai 2011 se déroulera la 5e Semaine européenne de la vaccination, campagne initiée par l’Organisation Mondiale de la Santé. Relayée dans une centaine de pays, elle est portée, en France, par les services du  ministère  de la Santé et l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes).  Cette année, l’accent est mis sur la lutte contre la rougeole.  Dans toutes les régions, les professionnels de santé se mobilisent. Focus sur les actions de sensibilisation et de prévention assurées par les des CHU de Nantes, de Nice et du CHR d’Orléans…

La vaccination contre la rougeole priorité de la Semaine européenne de la vaccination 2011

L’épidémie de rougeole qui a débuté en 2008 en France s’est intensifiée en 2009, et s’est étendue à tout le territoire en 2010. Début 2011, cette épidémie s’est encore accélérée. Les chiffres sont inquiétants : 604 cas de rougeole déclarés à l’InVS en 2008, 1 544 en 2009, plus de 5 018 cas en 2010, plus de 3400 cas notifiés sur les deux premiers mois de l’année 2011.
Cette maladie très contagieuse est au centre des préoccupations des pouvoirs publics et des professionnels de santé. La rougeole ne touche plus seulement les enfants : elle atteint aujourd’hui les bébés (moins de 1 an) et les jeunes adultes (en 2010, plus de la moitié des malades avait plus de 14 ans). Cette maladie, considérée à tort comme bénigne, peut avoir des conséquences graves : pneumonies et encéphalites (avec handicap irréversible), pouvant conduire à des hospitalisations (1/3 des cas déclarés en 2010), voire des décès.
Seule solution pour mettre un terme à cette épidémie : la vaccination avec deux doses, pour les personnes âgées de 1 à 31 ans (nées depuis 1980). En effet, en 2010 les statistiqus montrent que 82% des personnes ayant eu la rougeole en 2010 n’étaient pas vaccinées et 13% n’avaient reçues qu’une dose de vaccin.
A l’occasion de la semaine européenne de vaccination, chacun est aussi invité à vérifier son carnet de santé ou de vaccination et à procéder aux vaccinations et/ou aux rattrapages recommandés.
La campagne vise également à sensibiliser  les professionnels aux actualités et enjeux du calendrier vaccinal.
La Loire-Atlantique fait partie des 10 départements français les plus touchés par l’épidémie de rougeole. A Nantes,  des conseils et informations seront dispensés autour de l’exposition « Planète vaccination » dans les halls des principaux sites du CHU, et des séances de vaccination gratuites sont organisées au Centre de vaccinations polyvalentes et dans le bus prévention santé.
A Nice, les médecins, pédiatres, pharmaciens, sages-femmes, infirmières du CHU de Nice apportent leur expertise et leur concours à cette initiative en répondant aux questions des journalistes par le biais d’interviews, d’émissions de télévision ou de radios.
A Orléans, le centre de vaccination du CHR sera ouvert tout au long de la semaine à l’hôpital Porte Madeleine. Les professionnels de santé seront disponibles pour répondre aux questions, lire les carnets de vaccination et mettre à jour gratuitement les vaccinations recommandées pour la France.
Vaccins proposés : Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Coqueluche, Rougeole, Oreillons, Rubéole, Hépatite B, BCG.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.