Semaine de l’allaitement maternel : les recommandations des CHU

Dans le cadre de la semaine mondiale de l'allaitement maternel du lundi 13 au vendredi 17 octobre 2008, les CHU rappellent les vertus du lait maternel et expliquent les règles de base d'un allaitement réussi. Les exemples d'Amiens, de Lille, de Limoges et de Tours...

Dans le cadre de la semaine mondiale de l’allaitement maternel du lundi 13 au vendredi 17 octobre 2008, les CHU rappellent les vertus du lait maternel et expliquent les règles de base d’un allaitement réussi. Les exemples d’Amiens, de Lille, de Limoges et de Tours…

Amiens convie le public à une exposition sur l’allaitement à l’Hôpital Nord et au Centre de Gynécologie Obstétrique. Pour illustrer le thème de cette année, « le soutien aux mères… une idée en or » les sages-femmes, puéricultrices, infirmières, auxiliaires de puériculture, puéricultrices de PMI, diététiciennes, médecins au Centre de Gynécologie Obstétrique se mobilisent autour de projections de films, stands pour sensibiliser le public.
Des démonstrations de portage seront proposées par des sages-femmes, des puéricultrices et des auxiliaires de puériculture. D’autres thèmes seront abordés : Tétée colostrale pour tous les bébés, Allaitement maternel : positions et succions ; Diététique et allaitement ; Reprise du travail et allaitement ; Sevrage ; Prématurité et allaitement ; Lactarium ; Recommandations pour le succès de l’allaitement maternel …
Un échange entre futures mamans, mamans et professionnels de santé est organisé tous le lundi 13, mardi 14, mercredi 15 et vendredi 17 octobre de 14h à 17h.

A Lille, plusieurs services de l’Hôpital Jeanne de Flandre, (la maternité, la préparation à la naissance, la médecine néonatale, le lactarium, les équipes de périnatalité) et des associations de soutien à l’allaitement maternel se mobilisent pour préparer une journée d’information, le Mardi 14 Octobre 2008 de 9H à 17H
dans le hall de l’établissement.
Au programme : à 9H réunion d’information sur l’allaitement maternel, à 14H00 : carrefour de rencontres entre femmes enceintes et femmes allaitantes, et toute la journée : consultations d’allaitement gratuites ouvertes à toutes par des consultants en lactation, exposition sur le thème du « prendre soin de la mère ». Cette action, comme d’autres dans la métropole lilloise, est soutenue par le réseau Ombrel (www.ombrel.fr).

Limoges le dit aussi en images : une exposition de photographies présentant l’allaitement maternel adapté aux âges du bébé sera exposée dans le hall de l’hôpital de la mère et de l’enfant.
Un affichage sur l’histoire de l’allaitement maternel et de la documentation (quizz, conseils…) seront à la disposition du public tout au long de la semaine.
Pour une communication plus interactive, des professionnelles de santé référentes en allaitement seront présentes les après-midi des 14 et 17 octobre. Elles répondront aux interrogations des futurs ou nouveaux parents, concernant leur projet d’allaitement.
Les professionnels des services d’obstétrique et de pédiatrie du CHU de Limoges s’engagent à accompagner le projet d’allaitement, que le nouveau né soit né à terme ou bien prématurément donc hospitalisé.

Tours ouvre les potes du lactarium de l’hôpital Clocheville, mardi 14 octobre de 10h à 16h et organise des ateliers sur les positions du bébé au sein. L’occasion de rappeler la vocation du lactarium : lieu d’écoute et de conseil dont les missions sont également de conserver le lait et de recevoir des dons de lait.
Toute femme qui allaite peut donner son lait, soit pour son bébé lorsque celui-ci est hospitalisé ou malade, soit pour en faire don aux autres. Elle prende contact avec le lactarium de Tours par téléphone. Le lait est recueilli à domicile puis analysé et conservé congelé. On peut aussi stocker le lait d’une maman qui ne peut pas allaiter car le bébé est trop petit et le lui donner ensuite (c’est ce qu’on appelle le don dédié ou personnel). Ce lait maternel est précieux. Le don généreux est anonyme et gratuit.

Les équipes insisteront aussi sur la nécessaire fiabilité des informations dispensées à la jeune mère. En effet, de nombreuses mères se plaignent de recevoir des informations et des conseils contradictoires en maternité, en crèche ou dans les services de pédiatrie si leur enfant est hospitalisé. Les préjugés ont encore la vie dure (comme le fait de boire plus pour produire davantage de lait). La rencontre avec les professionnels permettra de rappeler les consignes officielles basées sur des preuves et des études rigoureuses.

Objectif : 70% d’allaitement exclusif
En France, seulement un peu plus d’un nourrisson sur deux est allaité au sortir de la maternité. Cette pratique se développe mais reste encore insuffisante, par rapport à d’autres pays européens comme par exemple la Norvège où 99% des nourrissons sont allaités à la sortie de la maternité. Inscrite pour la première fois au Plan national Nutrition Santé (PNNS) en 2001, la promotion de l’allaitement maternel figure toujours dans le PNNS lancé en 2006, avec un premier objectif chiffré : passer de 56% à 70% d’allaitement exclusif à la sortie de la maternité d’ici 2010. C’est dire si beaucoup reste à faire en matière d’information, pour mobiliser les femmes, notamment dans notre région qui est particulièrement touchée par ce « désinvestissement » du sein au profit du biberon.

Le lait maternel est l’aliment le plus adapté aux besoins nutritionnels du nouveau-né. Du colostrum des premiers jours à un lait plus mature, le lait maternel évolue tout au long de l’allaitement afin de toujours répondre au mieux aux besoins du bébé. L’allaitement au sein bénéficie incontestablement au développement du lien mère-enfant qu’il facilite. Il stimule le système immunitaire et diminue la fréquence des infections de la sphère ORL ou du système respiratoire. Il diminue également l’obésité, le risque vasculaire et le diabète de type 1.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.