Semaine Nationale de l’Incontinence du 24 au 28 mai 2004

Permettre aux personnes qui souffrent d'incontinence de sortir de l'isolement et améliorer l'éducation et la prévention tels sont les objectifs de la semaine nationale de l'incontinence. Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes, en partenariat avec l'Association Française d'Urologie, s'associent cet effort d'information.

Permettre aux personnes qui souffrent d’incontinence de sortir de l’isolement et améliorer l’éducation et la prévention tels sont les objectifs de la semaine nationale de l’incontinence. Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes, en partenariat avec l’Association Française d’Urologie, s’associent cet effort d’information.

L’incontinence urinaire : un sujet encore tabou
En effet, les femmes d’un certain âge ne sont pas les seules à souffrir d’incontinence : toutes les classes d’âge, hommes et femmes, peuvent un jour devenir incontinents (exemple : 20 % des 3 millions de femmes touchées ont moins de 30 ans). Des facteurs acquis ou innés favorisent la survenue de ces fuites d’urine. Les connaître permet de prévenir.

L’incontinence urinaire peut s’éviter. Bien que les facteurs génétiques soient aujourd’hui de plus en plus évidents ? il existe en effet des « familles d’incontinents » – et que les modes de vie facilitent son apparition, les facteurs de risques sont aujourd’hui de mieux en mieux classifiés.

Les facteurs de risque environnementaux ont prouvé leur impact sur l’apparition de l’incontinence :
– La consommation de tabac : en créant une toux chronique qui entraîne des pressions très importantes au niveau de la vessie.
– L’obésité : le risque d’incontinence sévère est multiplié par 3.
– Les sports, en particulier les sports de compétition : dans une équipe de jeunes filles âgées de 14 à 24 ans qui pratiquent le trampoline en compétition, les 3/4 se plaignent d’incontinence.
– Les facteurs obstétricaux : gros bébé, accouchement rapide ou difficile. L’accouchement reste le principal pourvoyeur d’incontinence d’effort.

Ainsi au regard de ces notions, des stratégies de prévention peuvent se mettre en place. Tout type d’incontinence trouve une solution. De nouveaux médicaments plus efficaces et mieux tolérés sont mis sur le marché. Des alternatives à ces traitements voient le jour. Les techniques chirurgicales évoluent : elles sont plus performantes et également mieux tolérées.

Une conférence grand public est organisée par le Docteur Loïc Le Normand, coordonnateur Régional de l’Association Française d’Urologie et urologue au CHU de Nantes, le mercredi 26 mai 2004 de 14h30 à 17h00, à la Faculté de Médecine de Nantes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.