Semaine sécurité des patients : 1re chambre des erreurs à Nancy

Outil pédagogique interactif et ludique, la chambre des erreurs permet de s’entraîner à détecter les risques liés à la prise en charge d’un patient. L'exercice grandeur nature est proposé pour la 1ère fois par le CHRU de Nancy à l’ensemble de ses professionnels ainsi qu’aux représentants des usagers. Cette initiative pédagogique s'inscrit dans l’édition 2017 de la Semaine de la sécurité des patients (20-24 novembre)

Outil pédagogique interactif et ludique, la chambre des erreurs permet de s’entraîner à détecter les risques liés à la prise en charge d’un patient. L’exercice grandeur nature est proposé pour la 1ère fois par le CHRU de Nancy à l’ensemble de ses professionnels ainsi qu’aux représentants des usagers. Cette initiative pédagogique s’inscrit dans l’édition 2017 de la Semaine de la sécurité des patients (20-24 novembre)
Le concept repose sur la mise en scène d’un soin autour d’une patiente nommée ici Mme Anna Lhyze et d’un soignant, dans une chambre d’hospitalisation reconstituée. Dans cette scène reproduite au plus proche du réel et figée dans le temps, sont glissées des erreurs de prise en charge pouvant générer des événements indésirables au patient, aux professionnels hospitaliers ou aux visiteurs.
Le participant dispose d’un temps donné pour repérer les différentes erreurs sur la base des bonnes pratiques concernant tous les aspects du soin : identitovigilance, hygiène, bientraitance, prescription, matériovigilance, circuit du médicament, etc.
Concrètement, les professionnels sont accueillis par un animateur qui leur présente le scénario et les consignes, leur donne de quoi prendre des notes et les fait entrer dans la chambre. Ils ont quinze minutes pour mener leur enquête. À la fin du temps imparti, le fruit de leurs observations est passé en revue par un deuxième animateur qui apporte les éléments de réponse.
Piloté par l’Equipe Opérationnelle d’Hygiène du CHRU, le projet de création d’une chambre des erreurs a été lancé en janvier 2017. Cette première édition devrait permettre d’ancrer cette approche dynamique et participative dans les actions de sensibilisation proposées tout au long de l’année aux professionnels de l’établissement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.