Séniors : conciliations médicamenteuses pour sécuriser les prescriptions au sein du GHT Haute-Bretagne

« Diminuer les erreurs de médicaments particulièrement fréquentes à l’admission et à la sortie des patients âgés ou lors de leurs transferts » Tel est l’enjeu du dispositif de conciliation déployé par le GHT Haute-Bretagne (CHU de Rennes). Objectif : sécuriser les parcours de soins des seniors car les transitions peuvent être source d’erreurs qu’il s’agisse de confusion entre médicaments, de voie ou durée d’administration erronée, de posologie inadéquate… La conciliation des traitements médicamenteux, dite « conciliation médicamenteuse » prévient ces risques en associant les professionnels de santé, le patient, son entourage et ses aidants. Elle repose sur la transmission et le partage d'informations complètes et exactes des traitements, à chaque changement d’équipes et de lieux.

« Diminuer les erreurs de médicaments particulièrement fréquentes à l’admission et à la sortie des patients âgés ou lors de leurs transferts » Tel est l’enjeu du dispositif de conciliation déployé par le GHT Haute-Bretagne (CHU de Rennes). Objectif : sécuriser les parcours de soins des seniors car les transitions peuvent être source d’erreurs qu’il s’agisse de confusion entre médicaments, de voie ou durée d’administration erronée, de posologie inadéquate… La conciliation des traitements médicamenteux, dite « conciliation médicamenteuse » prévient ces risques en associant les professionnels de santé, le patient, son entourage et ses aidants. Elle repose sur la transmission et le partage d’informations complètes et exactes des traitements, à chaque changement d’équipes et de lieux.
La prise de médicaments s’étant fortement banalisée du fait de l’augmentation des maladies chroniques, la conciliation médicamenteuse est devenue une nécessité tant sur le plan sécuritaire qu’économique. Cette démarche favorise le dialogue entre professionnels de santé de ville et à l’hôpital et améliore l’implication du patient et de son entourage. Son efficacité est tangible avec une réduction d’erreurs médicamenteuses et de divergences non intentionnelles entre les prescriptions aux différentes étapes du parcours de soins. Des arguments de poids dans un contexte de vieillissement de la population où le risque médicamenteux chez la personne âgée est désormais responsable de 7 500 décès par an et de 3,4 % des hospitalisations chez les patients de 65 ans et plus.
La conciliation médicamenteuse au cœur de la filière gériatrique sur le territoire du GHT Haute-Bretagne
La conciliation médicamenteuse débute par un entretien avec le patient (ou son entourage). L’équipe a accès au dossier médical du patient, à sa situation personnelle et sociale, à l’ensemble des prescriptions, à l’historique médicamenteux et aux objectifs thérapeutiques. La présence d’un pharmacien clinicien dans le service de soins est une sécurité. Au sein du GHT, des pharmaciens effectuaient ce travail de compilation depuis 2 ans, au sein des 6 services de cardiologie/pneumologie et médecine post-AVC du CH de Fougères  et de gériatrie aiguë, pneumologie, médecine interne et unité de médecine interne polyvalente du CHU de Rennes. Lauréate d’un appel à projet de la Direction générale de l’offre de soins (DGOS), l’équipe pharmaceutique du GHT Haute-Bretagne a choisi d’orienter son projet « CONtinuité du PARcours de soins MEDicamenteux du patient âgé » (CONPARMED) sur le déploiement de la conciliation médicamenteuse à l’échelle du territoire et au cœur de la filière gériatrique. Les résultats de cette étude seront disponibles fin 2019.
Depuis novembre dernier, grâce à la subvention de la DGOS, le recrutement de 4 pharmaciens cliniciens supplémentaires a permis de déployer la démarche dans 6 services de soins de suite et de réadaptation (SSR) du territoire (CH de Fougères, CH de Janzé, CH des Marches de Bretagne – site d’Antrain, CH de Montfort-sur-Meu, CH de Saint-Méen-Le-Grand et CHU de Rennes – site de La Tauvrais). Ils effectuent une conciliation médicamenteuse à l’admission et à la sortie des patients hospitalisés, et évaluent en continu la pertinence et l’efficience de la thérapeutique en lien avec les acteurs en soins primaires, le médecin référent en structure de soins de suite ou d’EHPAD, le médecin traitant ou le pharmacien d’officine en aval ou en amont de chaque transition.
Outre les courriers de conciliation envoyés par messagerie sécurisée et les appels téléphoniques, les intervenants peuvent également s’appuyer sur une plateforme numérique commune « Hospiville » (start-up rennaise, MaPUI Labs) qui permet de mettre instantanément à disposition les informations ayant trait aux médicaments du patient et ce, quel que soit l’étape du parcours de soins médicamenteux.
L’équipe conciliation intervenant sur le GHT Haute-Bretagne compte 38 collaborateurs : 16 pharmaciens hospitaliers intégrant cette mission parmi leurs activités, 5 internes de pharmacie, 11 externes de 5e année en pharmacie, 6 préparateurs en pharmacie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.