Septembre 2010 : Palmarès – ça se bouscule dans les kiosques

Mercredi 22 septembre 2010, l'Express et le Point publiaient simultanément un palmarès. Celui de l'Express était consacré aux meilleurs hôpitaux et cliniques traitant 14 cancers* et celui du Point aux meilleurs hôpitaux dans 58 spécialités**. Un téléscopage qui a dérouté plus d'un lecteur et mis à mal la stratégie marketing des deux titres.

Mercredi 22 septembre 2010, l’Express et le Point publiaient simultanément un palmarès. Celui de l’Express était consacré aux meilleurs hôpitaux et cliniques traitant 14 cancers* et celui du Point aux meilleurs hôpitaux dans 58 spécialités**. Un téléscopage qui a dérouté plus d’un lecteur et mis à mal la stratégie marketing des deux titres.

Pour élaborer leurs tableaux, l’Express et le Point s’appuient tous deux sur le PMSI 2008.

L’Express a enrichi ces statistiques par une enquêtes portant sur les progrès réalisés en matière de dépistage, d’annonce du diagnostic, d’information, de lutte contre la douleur, de traitement, de confort, de soutien relationnel, d’organisation de la sortie, d’accompagnement et de suivi. Les réponses ont permis d’illustrer les éditions régionales par de nombreux reportages de terrain.

Les tableaux élaborés montrent la domination des grands établissements publics type CHU pour les cancers du poumon, du foie, du pancréas, de l’estomac ou de la peau. Le CHU de Bordeaux est classé 7 fois premiers. Quant aux centres de lutte contre le cancer ont aussi leurs domaines d’excellence : les cancers du sein, du col de l’utérus, de la thyroïde ou du système ORL.

Cancers broncho-pulmonaires au 1er rang le CHU de Bordeaux puis, l’hôpital européen Georges Pompidou (AP-HP), l’hôpital Pierre-Benite (CHU de Lyon), Hôpital Tenon (AP-HP), le CHU de Clermont-Ferrand… Cancers de l’estomac : en tête l’Hôpital Saint-Louis (AP-HP), viennent ensuite : le CHU de Strasbourg, le Centre P.-Lamaque Montpellier, l’Hôpital Chenevier-Mondor (AP-HP), le CHU de Bordeaux, le CHU de Lille…

Le palmarès du Point
Pour établir son 14ème classement des meilleurs hôpitaux dans 58 spécialités, le Point adresse aussi un questionnaire à 800 établissements portant sur l’évaluation de la mortalité chirurgicale, les effectifs médicaux et paramédicaux, la maîtrise de techniques de pointe, la participation à des réseaux labélisés? Parmi les nouveautés de l’édition 2010, le classement des trauma centres, les centres de traumatologie pour polytraumatisés graves. Arrivent en tête : les CHU de Grenoble, Toulouse et Lille… Entre aussi dans l’évaluation le traitement de la contracture de Dupuytren

Au tableau d’honneur du Point
Le centre hospitalier universitaire de Toulouse arrive en tête, Lille se trouve sur la deuxième marche puis Bordeaux, Nantes, Tours, Rennes, Nancy, Clermont-Ferrand, Rouen, Nice et Grenoble. Le premier établissement de l’AP-HP est Cochin. Il arrive en 14ème position. A ce sujet, les auteurs déplorent l’absence de réponse de la direction générale à leur questionnaire, empêchant de classer les établissements dans 8 disciplines…

L’AP-HP est épinglée. « Grand corps malade», les dysfonctionnements de l’institution sont passés au scalpel de ses médecins qui dénoncent pèle mêle les décisions péremptoires et l’opacité de l’administration, son absence de réponse aux besoins de développement et de modernisation des services, la sape des économies au quotidien, le retard pris sur les restructurations nécessaires? Ils reconnaissent cependant que les collusions médico-politiques sont à l’origine de nombreuses erreurs et inerties de même que les rancoeurs et règlements de comptes entre médecins. Et les journalistes de conclure « L’équipe qui doit maintenant opérer cette grande malade la sauvera-t-elle ? » .

Dans les articles qui accompagnent les classements, le Point annonce la labellisation par l’Inca d’une vingtaine centres de référence pour le traitement des cancers osseux

A retenir aussi dans l’actualité de septembre
La nomination de Mireille Faugère ? ex SNCF – à la tête de l’AP-HP ; information largement reprise par le Figaro et Challenges du 23 septembre, et le Monde du 24 où les journalistes François Bostnavaron et Latetitia Clavreul insistent sur « le profil service public tendance marketing ».

L’intérêt pour l’e-santé et la télémédecine
Ainsi dans son article « E-santé et coaching », La Tribune du 16 sept annonce qu’en 2015, une majorité de visites, de traitements et suivis médicaux seront effectués à distance, soit depuis le domicile des malades, soit depuis un hôpital grâce à l’interconnexion de spécialistes via le réseau internet à haut débit. Plus nuancée, Catherine Ducruet remarque dans les Echos du 30 septembre que si « la télécardiologie existe en France depuis dix ans, seuls 10 000 à 15 000 des quelque 400 000 porteurs de stimulateur cardiaque bénéficient d’un tel suivi ». Prudence, scepticisme, crainte de voir les patients suivis directement par les centres d’implantation du pacemaker, peur de l’esclavage, organisations et tarifications inadaptées? Autant de facteurs qui freinent l’essor de cette innovation analyse la journaliste.

La montée au créneau des médecins
Pour dénoncer les pesticides. « Nous sommes en guerre? » s’insurge le Pr Charles Sultan dans les colonnes du JDD du 19 septembre. Interviewé par Alexandre Duyck, ce professeur en endocrinologie pédiatrique du CHU de Montpellier et chef du service d’hormonologie dénonce les séquelles des pesticides sur l’organisme et le poids du lobby phytosanitaire en France

Le Pr Israël Nisand, gynécologue obstétricien au CHU de Strasbourg est en colère dans le Monde du 30 septembre. Il ne comprend pas que la pilule contraceptive ne soit pas anonyme et gratuite comme le sont déjà l’IVG et la pilule du lendemain. Sandrine Blanchard reprend dans son article le nombre inquiétant des 15 000 IVG pratiquées sur les moins de 18 ans et note que le Pr Nisand propose d’étendre le dispositif info-Ado lancé en Alsace : « un réseau de généralistes et de pharmaciens qui permet aux jeunes-filles de bénéficier d’un contraceptif de manière anonyme et gratuite » Sa modélisation dépend seulement de la volonté politique.

* cancers du cerveau, du côlon, du poumon, de la prostate, du sein, de la thyroïde, de la vessie, ORL, rein, mélanome, pancréas, estomac, foie et col de l’utérus.

** accidents vasculaires cérébraux-AVC, chirurgie de l’oeil – cataracte, myopie, rétine -, cancers, prothèse de hanche, chirurgie de l’obésité, des artères, urgences traumatologiques, pédiatrie, pneumologie, maladies infectieuses, rhumatologie

L’exposition Arts du soin au CHU de Besançon Tennis Masters. Retrouvez les 8 meilleurs joueurs du monde sur CANAL+ Sport à partir du 21 novembre Relay H, un réseau très hospitalier

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.