Serge Babary, maire de Tours élu président du Conseil de surveillance

Le maire de la ville de Tours, Serge Babary, a été élu à la tête du Conseil de Surveillance du CHRU et Jean-Yves Couteau, conseiller communautaire représentant la communauté d’agglomération Toursplus, à la vice-présidence, le 12 septembre 2014.

Le maire de la ville de Tours, Serge Babary, a été élu à la tête du Conseil de Surveillance du CHRU et  Jean-Yves Couteau, conseiller communautaire représentant la communauté d’agglomération Toursplus, à la vice-présidence, le 12 septembre 2014.

Le nouveau Président considère le CHU à la fois comme un acteur de santé majeur en Touraine et dans la région Centre et un pôle économique de premier plan. Grâce au CHU, Tours bénéficie d’une forte tradition médicale et universitaire qui participe au rayonnement de  la ville.

Il  a souligné l’attractivité du CHRU dans ses domaines d’excellence : les transplantations (foie, cœur, rein), les neurosciences, les biomédicaments et aussi dans les activités interventionnelles, en cardiologie et en neurologie et de proximité. Expertises qui lui ont permis d’occuper la 5ème place dans le classement des hôpitaux français paru récemment dans le Point.

Attentif à l’avenir de l’institution, le Président a évoqué les mesures de réorganisation inscrites au projet d’établissement, qui permettront d’accroitre encore l’attractivité et la performance du CHU et d’engager les projets majeurs d’investissement inscrits au plan directeur. Comme la Directrice Générale l’a précisé au cours de l’exposé, ces mesures participent également au retour à l’équilibre financier de l’établissement. Elles concernent la réorganisation générale des urgences avec la création de 20 lits de médecine post-urgence et la création d’un Centre d’Accueil et de Crise en psychiatrie (4 lits) et l’extension de l’Unité d’hospitalisation de courte durée de 9 lits.
Augmentation du nombre de lits de soins critiques : création d’une unité de 8 lits de surveillance continue de médecine pédiatrique et l’extension de lits de réanimation et de surveillance continue en chirurgie cardiaque.
Le renforcement du potentiel ambulatoire de l’établissement par la diminution de lits en hospitalisation complète – gynécologie, orthopédie, ORL/Ophtalmologie et chirurgie plastique.

Ce programme nécessite la création nette d’une cinquantaine de postes financés par des recettes de tarification supplémentaires et implique des redéploiements d’effectifs entre les différentes activités de l’hôpital. Un plan de mobilité est en cours d’élaboration.

Préalablement à la séance du conseil de surveillance, la commission médicale d’établissement avait donné un avis favorable unanime sur ce plan qui a également reçu l’accord et le soutien de l’ARS.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.