« Séries au bistouri », diagnostic des scènes médicales de séries TV

Les scènes de médecine, de chirurgie, et de médecine légale se multiplient dans des séries TV. Ce sont même souvent la base même de ces séries...Les audiences sont au rendez-vous. Pourtant les téléspectateurs qui ne sont pas des professionnels de santé ne savent jamais si ce qu'ils viennent de voir est crédible ou non. L'événement « Séries au bistouri » organisé par le CHU de Limoges le 18 novembre apportera les décryptages indispensables.

Les scènes de médecine, de chirurgie, et de médecine légale se multiplient dans des séries TV. Ce sont même souvent la base même de ces séries…Les audiences sont au rendez-vous. Pourtant les téléspectateurs qui ne sont pas des professionnels de santé ne savent jamais si ce qu’ils viennent de voir est crédible ou non. L’événement « Séries au bistouri » organisé par le CHU de Limoges le 18 novembre apportera les décryptages indispensables.

Chaque téléspectateur s’est déjà esclaffé ou émerveillé devant une scène médicale ou de médecine légale d’une série. Qui n’a jamais lancé un grand « Waouh ! » en voyant le Dr X pluri-compétent sauver en un instant et avec un appareil improbable, un patient que l’on croyait condamné ? Qui, calé dans son canapé, ne s’est jamais moqué d’une autopsie et de ses conclusions formulées en quelques secondes, qui permet de retracer la vie de la personne et sa passion pour la tartiflette seulement si elle est accompagnée d’un verre de vin blanc californien ? On parle dans les tribunaux américains de « CSI effect » pour désigner l’impact des séries policières sur les jurés et les avocats. Mais leur influence peut aussi conduire les patients à exiger d’être pris en charge « comme à la télé ». Des revendications que les médecins redoutent déjà.

Certes, la chirurgie robotique et ambulatoire, la micro-chirurgie se sont développés. Bien sûr, les traitements thérapeutiques, les équipements et le savoir des équipes médicales et soignantes ont énormément progressé. Au point, que des prises en charge qui paraissaient utopistes il y a seulement une quinzaine d’années sont aujourd’hui une réalité. Pour autant, et même si les équipes de tournages font toujours appel à des consultants médicaux, les séries nous offrent parfois quelques scènes surréalistes.

Le 18 novembre, pour prévenir les effets secondaires de ces séries, 4 médecins du CHU de Limoges vont sensibiliser le public de « Séries au bistouri » à l’état de l’art de la médecine, et expliquer « la vraie vie » hospitalière en commentant des scènes médicales extraites de séries, pour moitié choisies par les internautes en amont de l’événement et pour l’autre sélectionnés par le CHU. Un chirurgien pédiatrique, un gynécologue et médecin légiste, un médecin urgentiste, et un autre médecin légiste, ont accepté de monter sur la scène de la Bibliothèque Francophone Multimédia pour commenter ces scènes et répondre aux questions du public.

A l’issue de cette soirée, les 5 internautes dont les demandes de scènes à commenter et questions en rapport auront été sélectionnées se verront remettre des coffrets de DVD de séries et des bons d’achat Fnac.

Le www.series-au-bistouri.com : un site au centre du dispositif
C’est le dispositif incontournable pour participer à l’événement. Le nombre de places pour la soirée étant limité, seuls les premiers inscrits à cet événement via le site web du CHU pourront entrer le 18 novembre. C’est aussi par le biais de ce site que les internautes pourront participer au concours organisé à cette occasion. Il faudra en effet qu’ils renseignent le formulaire proposé pour indiquer quel extrait de série ils souhaiteraient voir commenter et quelles questions être posées aux professionnels de santé intervenants du CHU. Retenez cette adresse : Le www.series-au-bistouri.com

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.