Service civique : un succès pour les 20 Zorranges tourrangeaux

20 jeunes âgés de 18 à 25 ans, sans qualification ou expérience professionnelle initiale, ne connaissant pas l’hôpital, mais désireux d’aider leur prochain et de se construire un avenir étaient accueillis au CHRU de Tours en mai 2016. Un an après, un bilan très positif est dressé. Les volontaires ont réalisé plus de 77 000 interventions à l’hôpital. 6 ont réussi un concours paramédical ou médico-social, 7 ont trouvé un emploi, 4 ont repris leurs études. Invités à transmettre leur expérience, ils ont organisé l’intégration de la nouvelle équipe auprès des professionnels du CHRU. Par cet engagement, le CHRU de Tours participe à la lutte contre les discriminations tout en favorisant l’insertion sociale et professionnelle à la nouvelle génération.
20 jeunes âgés de 18 à 25 ans, sans qualification ou expérience professionnelle initiale, ne connaissant pas l’hôpital, mais désireux d’aider leur prochain et de se construire un avenir étaient accueillis au CHRU de Tours en mai 2016. Un an après, un bilan très positif est dressé. Les volontaires ont réalisé plus de 77 000 interventions à l’hôpital. 6 ont réussi un concours paramédical ou médico-social, 7 ont trouvé un emploi, 4 ont repris leurs études. Invités à transmettre leur expérience, ils ont organisé l’intégration de la nouvelle équipe auprès des professionnels du CHRU. Par cet engagement, le CHRU de Tours participe à la lutte contre les discriminations tout en favorisant l’insertion sociale et professionnelle à la nouvelle génération.
Pour recruter la première équipe, le CHRU de Tours a diffusé son offre de mission sur la plateforme nationale du Service civique et du réseau des Missions locales, des Bureaux d’information jeunesse, des agences Pôle Emploi et de l’Ecole de la deuxième chance. Plus de 100 candidatures ont été reçues. Chacune a été étudiée attentivement avant de faire l’objet d’une réponse motivée. Après des entretiens de sélection et une période de formation interne et d’intégration dans l’établissement, l’équipe des 20 volontaires a rejoint le CHRU en juillet 2016 pour une durée de 8 mois.
Les jeunes devaient remplir des missions d’accueil, d’aide à l’orientation et au déplacement à l’intérieur des sites hospitaliers, par exemple aider les jeunes mamans à regagner leur véhicule à la sortie de maternité en portant leurs bagages afin qu’elles puissent se consacrer à leur nouveau-né. Vétus d’un polo orange d’où le surnom les « Zorranges » qu’ils se sont donné, en référence à Zorro et à leur tenue vestimentaire, les Volontaires ont fait preuve de qualités d’entraide, de dynamisme, d’enthousiasme. Leur présence a été reconnue comme étant « bénéfique pour les patients et les visiteurs ».
Une préparation spécifique pour travailler à l’hôpital
Avant d’occuper leurs fonctions, les jeunes ont été initiés à l’hygiène hospitalière, aux droits des patients, au secret professionnel, à la sécurité dans les établissements recevant du public. L’équipe a également reçu des formations de l’Ecole du feu et l’Ecole du dos, deux structures internes au CHRU. Au total, ce sont plus de 92 journées de formation qui leur ont été dispensées, dont 50 % de formations internes au CHRU.
Reprendre en main son destin
Durant son service civique, chaque jeune a bénéficié du soutien d’un tuteur chargé de conseiller et de transmettre ces valeurs hospitalières aux Zorranges. Ces référents, volontaires eux aussi, ont l’habitude d’encadrer une équipe (médecins, directeurs, cadres supérieurs, cadres…). Ils rassurent, rappellent l’utilité des règles de savoir-être envers les collègues et les usagers et prennent le temps d’un débriefing des situations parfois délicates rencontrées avec les patients. Durant les points mensuels avec son tuteur, le jeune rend compte du déroulement de la mission et réfléchit avec lui à son « projet d’avenir », à l’après-service civique. Pour le préparer à un nouvel emploi plus qualifié, des journées d’immersion dans les services, principalement dans les secteurs soignants, administratifs et techniques, souvent en appui d’une préparation aux concours ou d’une entrée en formation ont été organisées- Au total les jeunes ont suivi 57 journées d’immersion.
En complément, chaque mois, les tuteurs se sont rencontrés pour partager leur expérience et ajuster leur intervention, en lien avec la référente du Club Régional d’Entreprises Partenaires de l’Insertion de Touraine (Crepi). 
L’hôpital public un bien commun, socialement utile pour tous
Susciter des vocations tout en valorisant les métiers hospitaliers, c’est le choix fait qu’à fait le CHRU Tours pour tisser du lien social et renforcer l’inscription territoriale de l’hôpital auprès du grand public. L’accueil des jeunes dans le cadre du service civique a donné lieu à des collaborations entre la Direction de la Qualité et de la Patientèle du CHRU et les structures locales d’insertion, les centres d’éducation populaire et les programmes de Politique de la ville. Un partenariat privilégié a également été noué avec le Club Régional d’Entreprises Partenaires de l’Insertion de Touraine, qui œuvre pour le retour à l’emploi des personnes qui en sont éloignées, en s’appuyant sur son implantation locale et son maillage.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.