Sida : diminution de 86 % du risque d’infection par le VIH chez les homosexuels masculins

L’association d'antirétroviraux diminue de 86% le risque d'infection des homosexuels sains exposés au VIH. C’est ce que démontrent les premiers résultats intermédiaires de l’étude randomisée IPERGAY qui évalue l’efficacité de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) « à la demande ».

L’association d’antirétroviraux diminue de 86% le risque d’infection des homosexuels sains exposés au VIH. C’est ce que démontrent les premiers résultats intermédiaires de l’étude randomisée IPERGAY qui évalue l’efficacité de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) « à la demande ».

L’essai concerne les hommes et les personnes trans, tous séronégatifs pour le VIH, ayant des relations anales avec des hommes sans utilisation systématique d’un préservatif.
Diminuer le risque d’infection, IPERGAY : les premiers résultats
L’essai de référence de prophylaxie pré-exposition (PrEp) chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH), Iprex avait montré qu’il était possible de diminuer le risque de transmission du VIH d’environ 44% avec une prise quotidienne d’un antirétroviral, le Truvada® (qui associe ténofovir et emtricitabine). L’étude IPERGAY apporte, elle, la première démonstration scientifique qu’un traitement préventif "à la demande", pris juste avant et après les rapports sexuels non protégés, diminue de 86% le risque d’être infecté par le VIH.
L’essai IPERGAY (intervention préventive de l’exposition aux risques avec et pour les gays), est un essai de recherche biomédicale en prévention soutenu par l’agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS) qui consiste à évaluer l’efficacité de la PrEP dans le cadre d’un dispositif global de prévention.
La PreP – prophylaxie pré-exposition – c’est quoi ?
De nouvelles stratégies sont actuellement à l’étude pour la prévention du VIH. L’une d’entre elles, la « prophylaxie pré-exposition », ou PrEP, consiste à donner une association d’antirétroviraux à des personnes séronégatives exposées au risque d’infection par le VIH .
Cette étude clinique comporte
• une prophylaxie pré-exposition et post-exposition par le Truvada® ou un placebo (comprimé ne contenant pas de principe actif);
• des dépistages réguliers du VIH, des dépistages réguliers et traitements des IST, la vaccination contre les hépatites A et B, le traitement post-exposition, la distribution de préservatifs…;
• du conseil et de l’accompagnement personnalisés dans la prévention tout au long de l’essai.
IPERGAY à Nantes
En France, l’essai multicentrique se déroule dans 6 centres (Paris, Lille, Nantes, Lyon et Nice). Cette offre inédite de prévention a débuté à Nantes en 2014 avec 20 participants volontaires suivis par le service de maladies infectieuses et tropicales du CHU. Les volontaires nantais ont été conviés à une réunion au cours de laquelle les résultats prometteurs leur ont été présentés.

Plus d’information sur l’étude : www.ipergay.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.