SIDA et grossesse : des risques de transmission désormais minimes

Longtemps les couples dont l'un des partenaires était infecté par le virus du SIDA ne pouvaient envisager d'avoir un enfant. Il risquaient de transmettre le virus à l’enfant et très peu de centres leur proposaient un procréation médicalement assistée. En France, le CHU de Toulouse a été l'un des tout premiers CHU à répondre à la demande des couples dont l’homme était infecté par le virus du SIDA. Dès la fin des années 90, plusieurs équipes toulousaines se sont investi pour que le projet parental des personnes séropositives devienne réalité
Longtemps les couples dont l’un des partenaires était infecté par le virus du SIDA ne pouvaient envisager d’avoir un enfant. Il risquaient de transmettre le virus à l’enfant et très peu de centres leur proposaient un procréation médicalement assistée. En France, le CHU de Toulouse a été l’un des tout premiers CHU à répondre à la demande des couples dont l’homme était infecté par le virus du SIDA.
Dès la fin des années 90, plusieurs équipes toulousaines se sont investi pour que le projet parental des personnes séropositives devienne réalité : le CECOS et la médecine de la reproduction, le service de virologie, le service des maladies infectieuses et la consultation VIH mère enfant. Un à un les obstacles ont été levés grâce à l’amélioration des traitements du VIH, à l’évolution des connaissances sur le virus et sur l’appareil de reproduction et à l’engagement des praticiens. "En 30 ans nous sommes passés d’une situation où procréer était interdit, au début de l’épidémie dans les années 80, à une situation où la procréation pour les hommes et femmes vivant avec le VIH et recevant un traitement efficace est possible soit médicalement assistée, soit naturellement." se réjouissent les Pr Louis Bujan et Christophe Pasquier.
Dans un article publié par la revue internationale « Human reproduction », les deux experts retracent le chemin parcouru par la recherche et les patients durant ces trente dernières années
Retour sur 30 ans de recherche et de progrès médical
1980 : apparition de l’épidémie du virus du Sida
Compréhension des modes de contamination
Années 1990 : les femmes infectées sont dissuadées de mener une grossesse. En 1994, l’American Fertility Society préconise l’insémination artificielle ou l’adoption d’un enfant (Comité d’éthique de la fécondité américaine Society)
Des programmes sont déployés mais ils ne satisfont pas les couples sérodiscordants qui souhaitent des enfants de leur lignée.
Toujours dans les années 90 les traitements antirétroviraux réduisent les risques de transmission de mère à enfant de de 25 à 8% puis à 1 % en 2001.
En 1996 la thérapie hautement antirétrovirale (HAART) fait considérablement évoluer les pronostics de l’infection. Associée au lavage de sperme cette technique réduit à près de 0 le risque de transmission à la partenaire.
Début des années 2000 les recherches permettent de mieux comprendre l’origine du HIV-1 dans le sperme et les facteurs qui déterminent sa diffusion et son infectiosité
Fin des années 2010, des scientifiques s’interrogent sur la possibilité d’une conception naturelle.
De nouvelles molécules sont développées.
Des protocoles très précis sont mis au point pour tous les cas de figure, femme séropositive et homme séronégatif (couple serodiscordant), homme séropositif et femme non infectées, les deux partenaires séropositifs (couple seroconcordants). 
Aujourd’hui, les auteurs estiment qu’il n’existe "aucune raison de refuser un projet parental à des couples sérodiscordants. Si un centre ne peut pas proposer de tels soins, il doit adresser le couple dans une structure qui maîtrise les différentes alternatives possibles. Enfin si la procréation intraconjugale n’est pas possible, des options telles que le don de sperme ou d’ovocytes ou l’adoption de l’enfant doivent être proposées au couple."

Les auteurs soulignent l’importance pour les médecins d’apporter une information objective aux couples afin de leur offrir les plus grandes chances de devenir parents tout réduisant au maximum le risque de transmission du virus. "Les couples seront ainsi capables de choisir librement le mode de conception le plus approprié pour eux. " concluent les praticiens

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.