Signature de la convention GIP – Cancéropôle Grand Sud-Ouest GSO

Le CHU de Limoges, l'université de Limoges et le Conseil Régional, acteurs du Cancéropôle Grand Sud-Ouest dans la Région Limousin se réunissent le 2 Avril 2007 à l'Université de Limoges pour signer la convention constitutive du groupement et marquer ainsi leur engagement solidaire dans cette belle aventure pour la recherche au service des malades.

Le CHU de Limoges, l’université de Limoges et le Conseil Régional, acteurs du Cancéropôle Grand Sud-Ouest dans la Région Limousin se réunissent le 2 Avril 2007 à l’Université de Limoges pour signer la convention constitutive du groupement et marquer ainsi leur engagement solidaire dans cette belle aventure pour la recherche au service des malades.

Le Groupement d’intérêt public « GIP Cancéropôle GSO » rassemble 28 acteurs publics et privés de la recherche en Cancérologie des quatre régions AQUITAINE, LANGUEDOC-ROUSSILLON, LIMOUSIN et MIDI–PYRENEES. La première assemblée générale et la constitution du conseil d’administration et du comité scientifique ont eu lieu le 22 Février 2007.

Depuis 2004, la lutte contre le cancer constitue en France l’un des chantiers majeurs des Pouvoirs Publics. Cette mobilisation s’est traduite par la mise en place d’un plan national, ambitieux et innovant, le PLAN CANCER, conduit par l’Institut National du Cancer ; il préconise la création de sept Cancéropôles inter-régionaux centrés sur une mission et sur une ambition :

Une mission : renforcer la recherche française en Cancérologie en s’appuyant sur l’interdisciplinarité, la mutualisation des compétences et la fédération des équipes en réseau.
Une ambition : accroître et accélérer la mise à disposition pour les malades de nouveaux dispositifs diagnostiques, pronostiques et thérapeutiques.

C’est dans ce contexte que s’inscrit la constitution du GIP «CANCEROPOLE du GRAND SUD-OUEST ». Sa création renforce la mobilisation de près de 200 équipes publiques de recherche clinique et de recherche fondamentale sur tout un territoire et y associe pleinement les grands partenaires industriels (particulièrement AMGEN SAS, Pierre Fabre SA, MERCK Santé, NOVARTIS Pharma SAS, PFIZER, ROCHE, Sanofi-Aventis Recherche & Développement), de nombreuses entreprises de biotechnologie et les Régions Aquitaine, Languedoc-Roussillon, Limousin et Midi-Pyrénées.

Cette approche interrégionale et multidisciplinaire de partenariat entre recherche publique et recherche privée, entre fondamentalistes et cliniciens soutient une stratégie ambitieuse qui part du malade pour revenir au malade. Coordonner, mutualiser et renforcer les compétences, mettre à la disposition de tous les plateformes technologiques permettra de mobiliser, au service du malade le meilleur de chacun.

Contact Presse :
Evelyne Cremer, Cancéropôle GSO – 06 73 85 14 01

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.