Signature d’un contrat de performance dans la continuité du projet d’établissement

Le 17 septembre 2010, les Hospices Civils de Lyon, 2ème centre hospitalo-universitaire de France (23.000 salariés – 1,5 milliards d'euros de budget) ont signé un contrat de performance avec l'Agence Régionale de Santé (ARS) et l'Agence Nationale d'Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux (ANAP). Objectif : poursuivre la profonde réorganisation initiée par le CHU en 2009 afin d'atteindre un retour à l'équilibre financier en 2013 toute en garantissant une qualité des soins égale voire supérieure et en améliorant les conditions de travail des personnels. Equation difficile mais pas insoluble si l'on en juge par le bilan des premières mesures initiées en 2009.

Le 17 septembre 2010, les Hospices Civils de Lyon, 2ème centre hospitalo-universitaire de France (23.000 salariés – 1,5 milliards d’euros de budget) ont signé un contrat de performance avec l’Agence Régionale de Santé (ARS) et l’Agence Nationale d’Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux (ANAP). Objectif : poursuivre la profonde réorganisation initiée par le CHU en 2009 afin d’atteindre un retour à l’équilibre financier en 2013 toute en garantissant une qualité des soins égale voire supérieure et en améliorant les conditions de travail des personnels. Equation difficile mais pas insoluble si l’on en juge par le bilan des premières mesures initiées en 2009.

Appelé CAP 2013, le programme a notamment porté sur l’optimisation des blocs opératoires, le fonctionnement des urgences, le développement de l’ambulatoire, la réorganisation des activités médicales et logistiques. A la clé : la réduction des temps préopératoires, des délais d’attente, la concentration des activités pour une rationalisation des moyens, et au niveau financier , une réduction du déficit d’exploitation à 68 M€ et du déficit consolidé à 42 M€, soit une division par près de deux par rapport au déficit constaté fin 2008.

L’accompagnement ANAP va se dérouler d’octobre 2010 à octobre 2013. Il s’agit de poursuivre et d’amplifier le programme de modernisation. Pour ce faire, les personnels seront mobilisés dans une dynamique d’amélioration continue de l’organisation du travail fondée sur l’observation, l’écoute et l’expérimentation de nouvelles pratiques avant leur éventuelle diffusion dans l’ensemble des services.

La démarche consiste à adopter la meilleure pratique en cours au CHU de Lyon, selon un benchmark interne. Ainsi en cardiologie médicale, les délais de rendez-vous devront être réduits de 32 à 18 jours, meilleur score enregistré au CHU dans cette discipline. Cet effort va permettre de réduire les taux de fuite et de générer davantage d’activité donc de ressources.

Toujours en cardiologie, les alternatives à l’hospitalisation seront encouragées de manière à s’adapter aux attentes du patient qui souhaite regagner son domicile le plus vite possible et à offrir aux personnels une meilleure articulation entre vie professionnelle et vie familiale. L’indicateur de performance économique retenu pour les hôpitaux de jour, de semaine ou l’hospitalisation complète est le taux d’occupation. D’une moyenne de 79% aujourd’hui, il devra progresser de 6 points pour atteindre 85 % : meilleur taux affiché en cardiologie médicale.

Le contrat de performance concerne 6 chantiers
– accompagner la mise en oeuvre du projet médical dans cinq disciplines : la cardiologie médicale, la filière digestive, le dépistage et la prise en charge du cancer du sein, la médecine de post-urgence et la gériatrie ;
– améliorer le fonctionnement de la biologie ;
– mieux valoriser l’activité et sécuriser la facturation et le recouvrement ;
– optimiser la gestion et l’organisation des blocs opératoires ;
– optimiser la gestion et l’organisation des urgences ;
– développer l’efficience des achats.

Mobilisées autour d’objectifs réalistes, les équipes devront booster les performances globales de leurs unités. Leurs efforts devront se traduire en résultats médico-économiques mais aussi en améliorations tangibles tant pour les patients et en meilleures conditions de travail pour elles mêmes.

Pour en savoir plus télécharger le dossier de presse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.