Simone Veil inaugure un centre pour les femmes

A Nantes, la journée internationale de la femme du 8 mars a été marquée par la présence de Madame Simone Veil, ancien Ministre d'Etat, venue inaugurer le Centre de planification, d'éducation familiale et d'interruption volontaire de grossesse qui porte désormais son nom.

A Nantes, la journée internationale de la femme du 8 mars a été marquée par la présence de Madame Simone Veil, ancien Ministre d’Etat, venue inaugurer le Centre de planification, d’éducation familiale et d’interruption volontaire de grossesse qui porte désormais son nom.

Lors de cet événement, Jean-Marc Ayrault, Député-Maire de Nantes et Président du Conseil d’administration du CHU, n’a pas manqué de souligner combien la présence et le nom de Madame Veil « sont une immense reconnaissance pour tous ceux qui à Nantes se sont mobilisés afin que la législation sur l’avortement devienne une réalité médicale, quotidienne et accessible. »

En 1975 à Nantes, le premier centre d’interruption volontaire de grossesse ouvre ses portes peu après l’approbation de la loi Veil du 17 janvier 1975 autorisant l’IVG à « toute femme qui s’estime en situation de détresse provoquée par la survenue d’une grossesse non désirée ». Il sera reconnu comme Centre de planification et d’éducation familiale en 1978.

Installé depuis septembre 2004 au 1er étage du nouvel hôpital mère et enfant, le Centre de planification, d’éducation familiale et d’interruption volontaire de grossesse du CHU de Nantes est composé d’une équipe pluridisciplinaire dont le rôle est autant d’informer sur les questions de sexualité et de contraception que de dépister les infections sexuellement transmissibles ou de pratiquer les interruptions volontaires de grossesse.

Avec le soutien du Conseil général de Loire-Atlantique, le Centre Simone Veil accueille chaque année plusieurs milliers de femmes, des couples et de nombreux adolescents dans le cadre de consultations médicales, d’entretiens et d’actions d’information et de prévention.

Ce 8 mars, lors de la visite du Centre, Madame Simone Veil a longuement échangé avec l’équipe du Dr Bernard Meslé responsable du Centre pour qui cette rencontre fut un moment privilégié très attendu et plein d’émotion.

« J’ai visité beaucoup d’hôpitaux depuis 30 ans » a-t-elle déclaré «mais je n’ai jamais rencontré ailleurs une équipe aussi soudée, aussi militante, qui se bat pour venir en aide aux femmes, qui les écoute, les accompagne dans leur prise de décision ».

Plus de 1750 IVG en 2005 au CPEF-IVG du CHU de Nantes

203 000 IVG sont pratiquées en France chaque année dont 10 000 chez des femmes de moins de 18 ans. En 2005, le CPEF-IVG de Nantes en a effectué 1759 dont 50% sous anesthésie locale, 34% médicamenteuses et 16% sous anesthésie générale.
La région des Pays de la Loire se situe parmi les taux d’IVG les plus bas de France. Toutefois pour 100 femmes de 15 à 49 ans, une augmentation de 4% a été enregistrée en 2004.
Le nombre d’interventions pratiquées chez les jeunes filles de moins de 18 ans reste préoccupant. Elles représentent 7,1% du total des IVG pratiquées dans la région en 2004.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.