Simulateur de conduite automobile pour personne à mobilité réduite

Le Service de Médecine Physique et de Réadaptation du CHU de Nice, Hôpital de l'Archet, vient d'acquérir un simulateur de conduite automobile pour personne à mobilité réduite offert par le Conseil Général et le Fonds d'entraide et de solidarité du groupe GMF.

Le Service de Médecine Physique et de Réadaptation du CHU de Nice, Hôpital de l’Archet, vient d’acquérir un simulateur de conduite automobile pour personne à mobilité réduite offert par le Conseil Général et le Fonds d’entraide et de solidarité du groupe GMF.

Cette acquisition s’inscrit dans une prise en charge globale du handicap aussi bien dans une dimension de prévention que de réinsertion et dans une action départementale de collaboration avec les services de la Sécurité Routière de la Préfecture des Alpes-Maritimes et du service du permis de conduire.

Ce matériel est destiné à l’évaluation des capacités et des compétences en situation pratique. Il propose des compensations nécessaires à la conduite automobile chez les handicapés, notamment post-traumatisés avec lésions cérébrales ou sur maladie neurologique évolutive. Il doit permettre non seulement de mieux rééduquer ces patients mais aussi de mener des actions de prévention par une nouvelle évaluation de leur comportement en condition de circulation routière. Il permettra un réentraînement et apprentissage aux commandes adaptées, à orienter les personnes handicapées vers les procédures d’aménagement et de réévaluation en coopération avec les services administratifs départementaux.

L’acquisition de ce matériel est le fruit d’un travail collaboratif entre le service de Médecine Physique du CHU de Nice, le milieu associatif concerné et les services administratifs du département. Le financement a été obtenu grâce à des subventions à part pratiquement égale du Conseil Général et de la Compagnie d’Assurance GMF à qui nous apportons nos remerciements.

Notons que ce type de matériel est déjà utilisé dans plusieurs centres de prise en charge du handicap moteur en France mais pour la première fois il est placé dans une véritable interface entre milieu rééducatif et service administratif de la Sécurité Routière.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.