Simulation pédagogique : 1 plate-forme 6 antennes HU pour 9000 apprenants

Plus de 9 000 apprenants ont bénéficié de formations par la simulation au sein des 6 plates-formes développées par les CHU d’Angers, Brest, Nantes, Poitiers, Rennes et Tours, et les Universités du Grand Ouest, au cours de l’année 2015. « Chaque CHU développe cette pédagogie d’avenir pour former ses professionnels, mais certaines disciplines ou techniques nécessitent des équipements coûteux, qui ne serviront que pour la formation d’hyper-spécialistes comme pour la chirurgie cardiaque (CEC) ou le robot chirurgical» remarque le Professeur Jean-Claude Granry (CHU d’Angers).
Plus de 9 000 apprenants ont bénéficié de formations par la simulation dispensées par l’une des 6 plates-formes développées par les CHU d’Angers, Brest, Nantes, Poitiers, Rennes et Tours, et les Universités du Grand Ouest, au cours de l’année 2015. « Chaque CHU développe cette pédagogie d’avenir pour former ses professionnels, mais certaines disciplines ou techniques nécessitent des équipements coûteux, qui ne serviront que pour la formation d’hyper-spécialistes comme pour la chirurgie cardiaque (CEC) ou le robot chirurgical » remarque le Professeur Jean-Claude Granry (CHU d’Angers). Alors, pour garantir la qualité de la formation et la bonne utilisation de ces équipements, les opérateurs ont décidé de se répartir les spécialités de manière complémentaire dans la logique du regroupement porté par HUGO. Ainsi mise en commun, l’offre des 6 structures présentera un choix complet de formations.
Le 10 mai 2016, le Pr Jean-Claude Granry, a exposé aux représentants des quatre Agences Régionales de Santé le schéma directeur de la simulation dans HUGO. Elaboré par un groupe de travail composé de membres des CHU et des facultés du Grand Ouest, il vise le développement d’une offre coordonnée dans le Grand Ouest pour garantir l’accès de tous les étudiants et professionnels de santé à cette pédagogie innovante. Le schéma directeur prévoit de fédérer les 6 centres de simulation en une Plate-forme HUGO. Les centres de chaque CHU deviendront les antennes labellisées d’HUGO. Pour le Pr Jean-Claude Granry porteur du projet fédérateur, les maîtres mots du schéma directeur sont complémentarité dans la répartition des spécialités, autosuffisance de l’inter région pour la formation initiale et continue des professionnels de santé, coopération entre CHU et avec l’ARS et dynamique hospitalo-universitaire.
Ouvertes en priorité aux professionnels de santé du Grand Ouest, les plates-formes de simulation HUGO partageront un programme de formation et des méthodes pédagogiques, une bibliothèque commune de scénarii nécessaires aux séances de simulation, et s’appuieront sur des offres de stages facilités par les échanges de professionnels déjà organisés au sein d’HUGO et développeront des programmes de recherche multicentriques.

En savoir plus sur l’enseignement par simulation

Une pédagogie d’avenir qui associe enseignement, recherche, pratiques d’équipe et technologies de pointe. Incontournable pour les activités à haut risque (aéronautique, nucléaire, armée), l’apprentissage par simulation se généralise aussi dans le domaine de la santé.

En formation initiale, elle permet aux étudiants médicaux et paramédicaux d’acquérir de l’expérience grâce à la reproduction des gestes ou à la mise en situation. A distance du soin réel, elle facilite la compréhension des processus, des concepts médicaux ou des mécanismes de prises de décision et permet l’évaluation des connaissances.
En formation continue, elle constitue un véritable accélérateur d’expérience pour se perfectionner et développer des mécanismes de retour d’expérience autour de scénarios associant tous les membres d’une équipe de soin

Des pionniers dans le Grand Ouest à Angers et Brest
« Nous avons la chance de pouvoir nous appuyer sur les expériences d’Angers et Brest qui ont des outils et des experts reconnus dans le domaine, qui peuvent être mises à profit pour accompagner le développement dans le cadre d’une stratégie collaborative, permettant de différencier HUGO au niveau national et d’apporter une réelle plus value pour la formation initiale et continue de nos professionnels » déclare Yann Bubien, Directeur Général du CHU d’Angers et Administrateur du GCS HUGO.
Place forte de la simulation en santé au niveau national depuis 2008, Angers peut compter sur l’expertise de deux médecins du CHU : le Pr Jean-Claude Granry et le Dr Marie-Christine Moll, référents nationaux en matière de simulation en santé, auteurs d’un rapport commandé par la Haute autorité en santé, faisant l’état des lieux de la pratique en simulation en France. Ces deux professionnels ont également participé à la rédaction un guide des bonnes pratiques en matière de simulation en santé, qui fait référence pour cette discipline.
A Brest, le centre ouvert en 2010 et piloté par le Pr Erwan LHER, a développé des compétences spécifiques sur les situations de crise en poste médical avancé ou en secours maritime. Reconnu pour les serious games qu’il a développé, il vient d’être récompensé par le prix PEPS 2016 d’excellence en pédagogie du Ministère de l’enseignement supérieur
Plus d’information
Sur HUGO http://www.chu-hugo.fr/fr
Contacts presse : Cécile Jaglin-Grimonprez
cecile.jaglin@chu-hugo.fr – tél. : 06 23 48 66 41

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.