SimUSanté® : un campus de pédagogie active unique en Europe

Le plus grand centre européen polyvalent de simulation en santé vient d’ouvrir ses portes à Amiens au cœur du Pôle Santé. Labélisé Initiative d'Excellence en formation innovante (IDEFI 2012), SimUSanté, développé dans un bâtiment de 3 600 m2 répartis sur trois étages, est au service des professionnels de santé, des patients et des aidants. Au total 8 000 personnes : médecins, infirmières, techniciens de laboratoire, aides à domicile, aidants familiaux, patients et associations de patients sont attendus chaque année en formation initiale ou en perfectionnement.
Le plus grand centre européen polyvalent de simulation en santé vient d’ouvrir ses portes à Amiens au cœur du Pôle Santé. Labélisé Initiative d’Excellence en formation innovante (IDEFI 2012), SimUSanté, développé dans un  bâtiment de 3 600 m2 répartis sur trois étages, est au service des professionnels de santé, des patients et des aidants. Au total 8 000 personnes : médecins, infirmières, techniciens de laboratoire, aides à domicile, aidants familiaux, patients et associations de patients sont attendus chaque année en formation initiale ou en perfectionnement. 
SimUSanté® abrite 51 salles de simulation dont 43 dotées de de caméras pour captures vidéo et retransmission en salles de débriefing ou amphis, 150 mannequins et simulateurs high tech, une plateforme e-learning, de nombreux supports numériques. Seul le Qatar dispose d’un tel équipement ! Un financement de 16.5 M€ apporté par l’ANR, la région et le FEDER, et complété par des contre parties au projet des partenaires (bâtiment, matériel, formateurs : CHU ; enseignants-chercheurs : Université).
Une large palette de formations proposées
Outre les activités en formation initiale des professionnels de santé, près d’une quarantaine de formations sont d’ores et déjà au catalogue de formation continue du centre de pédagogie active. Les thèmes portent sur les urgences, l’oncologie-soins palliatifs en passant par l’obstétrique, la néonatalogie, l’anesthésie, le tutorat, les gestes techniques… Pour une immersion totale, SimUSanté® a reconstitué fidèlement les espaces hospitaliers dans un SimUHospi : le bloc, l’imagerie, les secteurs d’urgence, de réanimation, de pédiatrie et les chambres… Le centre propose aussi un SimUMobile® un véhicule de matériel de simulation qui permet de se rendre sur place, auprès des professionnels exerçant en crèches, dans d’autres hôpitaux, dans des maisons de santé, de retraite, des établissements scolaires pour des formations "sur mesure", au plus près du terrain. Formateur de formateurs, SimUsanté® diffuse aussi son savoir-faire en pédagogie active et simulation santé (près de 250 formateurs formés en 3 ans).
Apprendre ensemble pour soigner ensemble
Innovant à plus d’un titre, SimUsanté® mise sur les complémentarités professionnelles, disciplinaires, générationnelles (formation initiale et continue) et associe les personnes malades et les aidants à sa conception du partage et de la création de compétences. Ainsi, SimUSanté® se démarque en proposant une approche centrée sur le patient et son parcours. D’où l’idée du concept SimUCity® qui reproduit un domicile de 2 étages (SimULogis®), une pharmacie (SimUPharma®) et un cabinet médical. « Le malade chronique voit en moyenne son médecin 2h par an explique le Dr Maxime Gignon, il doit apprendre à se gérer. Et c’est à nous professionnels de santé de lui donner les clés de l’autonomie. Actuellement nous étudions la place de la simulation dans l’éducation thérapeutique en partenariat avec le Pr. Rémi Gagnayre, Médecin, Professeur en Sciences de l’Éducation qui dirige le Laboratoire Educations et Pratique de Santé à l’Université Paris XIII. Nous allons probablement nous orienter vers la mise en capacité des patients à reproduire des gestes techniques comme par exemple l’auto sondage urinaire. »
A l’attention des aidants, le centre a déjà conçu des formations aux aspirations endotrachéales pour des proches de personnes suivies en soins palliatifs. Ce geste leur est souvent expliqué de manière démonstrative, avec SimUsanté®, ils doivent le reproduire sur un formateur ou sur un acteur qui porte une prothèse. Cette épreuve leur enseigne à savoir gérer leur émotion et leur stress dans un contexte très proche de la réalité. L’apprentissage est complété par des informations sur les ressources du système qu’ils devront solliciter en cas de complication ou d’urgence. « Nous augmentons leurs ressources personnelles, renforçons leur autonomie et leur estime d’eux-mêmes et dans le même temps nous les aidons à repérer leurs limites » précise le Dr Maxime Gignon.
Les équipes de formateurs et de techniciens pluri professionnelles qui interviennent à SimUSanté® sont mandatées par l’UFR de médecine et de pharmacie, les instituts de formation du CHU Amiens-Picardie et de la région, le centre d’enseignement des soins d’urgence, l’institut Faire Faces, l’UFR de sciences humaines et sociales, l’UFR des arts…
A la tête de SimUsanté® une équipe de pilotage composée de 14 experts et conduite par le Pr. Christine Ammirati, chef du pôle médecine d’urgence, légale et sociale du CHU Amiens-Picardie. Un conseil scientifique évalue tous les ans les orientations stratégiques de SimUsanté®.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Panneau photovoltaïque

Le CHU durable, ou la nécessité de se tourner vert l’avenir

Installation de panneaux photovoltaïques, réduction des déchets, plan d’actions quinquennal etc. Comme d’autres établissements en France, et dans une période de nécessaire appropriation de solutions durables, le CHU de Clermont-Ferrand a pris le train en marche de l’éco-responsabilité. Si beaucoup reste à faire, quelques initiatives sont déjà à mettre à son crédit.

Chirurgie de l’obésité : une nouvelle expérimentation pour accompagner les patients aux HCL

Le Centre Intégré de l’Obésité des Hospices Civils de Lyon et la clinique Les Lilas Bleus participent, aux côtés des CHU de Toulouse et de Lille, à la mise en œuvre de l’expérimentation Article 51 national « Baria-Up », pour une durée de cinq ans. Ce premier parcours d’accompagnement de longue durée pour la chirurgie de l’obésité a accueilli en février ses deux premiers patients.