Situations de violence

Pour prévenir les situations de violence, le CHR d'Orléans s'est vu attribuer une enveloppe de 600 000 francs par l'Agence Régionale de l'Hospitalisation du Centre. Cette somme permet de financer une série de mesures très concrètes visant à garantir une plus grande sécurité aux personnels comme aux patients et aux visiteurs.

Pour prévenir les situations de violence, le CHR d’Orléans s’est vu attribuer une enveloppe de 600 000 francs par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation du Centre. Cette somme permet de financer une série de mesures très concrètes visant à garantir une plus grande sécurité aux personnels comme aux patients et aux visiteurs.

A l’hôpital de La Source
amélioration de l’éclairage du parking des personnels et de différentes zones extérieures assez passagères (sortie des salles de réunions, pôle logistique…)
– aménagement de la loge à l’entrée
– mise en service d’un système d’entrée par badges dans les vestiaires
– création en 2002 d’un poste de brancardier de nuit au SAU (service d’accueil des urgences). Cet agent aura une maîtrise des techniques « d’approche et d’apaisement ».

A l’hôpital Porte Madeleine
Diverses mesures ont été réalisées ou sont en passe de l’être. A titre d’exemples :
– bouton d’appel en cas d’urgence dans une pièce à l’accueil adultes,
– téléphone sans fil pour certains agents particulièrement exposés,
– renforcement de portes qui ont été fracturées,
– serrures à codes, fermetures de bâtiments et du site (à l’étude) la nuit,
– téléviseur et magnétoscope dans la salle d’attente de l’accueil adultes.

Ce dispositif sera complété par des actions de formation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.