Soins palliatifs à domicile : former les soignants pour former les aidants

« Faciliter le retour et le maintien à domicile de patients en soins palliatifs en formant les aidants aux gestes techniques que requièrent une alimentation et des soins complexes » Tel est l’enjeu du nouveau programme de formation distingué par le jury national de l’ANFH (Association Nationale de la Formation du personnel Hospitalier), le 18 juin 2014.

« Faciliter le retour et le maintien à domicile de patients en soins palliatifs en formant les aidants aux gestes techniques que requièrent une alimentation et des soins complexes » Tel est l’enjeu du nouveau programme de formation distingué par le jury national de l’ANFH (Association Nationale de la Formation du personnel Hospitalier), le 18 juin 2014. 
En France chaque année 300 000 personnes décèdent d’une pathologie qui relève de soins palliatifs mais seule une mince proportion de ces malades bénéficient de cette prise en charge sur mesure qui vise à soulager la douleur physique aussi bien que la souffrance psychique, tout en tenant compte de la dimension spirituelle et sociale de la personne malade et de son entourage.
Partant du principe que l’on retient mieux un enseignement quand les mises en situation sont contextualisées, ce programme original est basé sur des techniques pédagogiques actives avec reconstitution d’un domicile (SimULogis©).  L’enseignement est d’abord dispensé auprès des soignants qui à leur tour deviendront les formateurs des aidants.
Cette initiative est le fruit d’une collaboration initiée par le Centre de Pédagogie Active SimUSanté© entre l’équipe mobile de soins palliatifs du CHU Amiens Picardie pilotée par le Dr. Claire Josse, le Dr. Sébastien Moine de la Maison de Santé Pluri professionnelle de St Just en Chaussée et les réseaux de soins palliatifs du territoire de la Somme.
« Pratiques de soins palliatifs au domicile : le soignant et l’aidant face aux situations complexes » est une formation emblématique du CPA SimUSanté©  qui s’est donné pour priorité le développement du lien ville hôpital autour du malade, l’amélioration de la qualité de prise en charge des patients et le travail collaboratif interprofessionnel.
Le projet est piloté par Dr. Claire Josse (EMSP CHU Amiens Picardie), Dr. Sébastien Moine (Maison de Santé Pluri professionnelle de St Just en Chaussée), Dr. Maxime Gignon (Département de Santé Publique, CHU Amiens Picardie)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.