Soins palliatifs : le devoir de non abandon

"Nous avons tous le devoir de non abandon" rappelle Alain Manville, Directeur Général du CHU de Montpellier qui vient d'inaugurer une unité d'accompagnement et de soins palliatifs.

« Nous avons tous le devoir de non abandon » rappelle Alain Manville, Directeur Général du CHU de Montpellier qui vient d’inaugurer une unité d’accompagnement et de soins palliatifs.

Le Professeur Bernard GUILLOT, représentant des médecins du CHRU reconnaît les limites du pouvoir médical “bien fragile face à la mort”. Jusqu’à l’arrivée des maladies comme le cancer, le sida ou l’alzheimer, les médecins vivaient en évacuant de leurs pratiques le concept de la mort. Aujourd’hui l’évaluation des pratiques médicales a permis de faire un pas de géant dans l’accompagnement du patient.

Consciente du travail qui reste à accomplir, le Docteur Josyane Chevallier-Michaud, responsable de l’unité d’accompagnement et de soins palliatifs, rappelle les trois missions de ce nouveau service : le soin et l’accompagnement, l’enseignement et la recherche

Le Soin et l’Accompagnement
Les personnes accueillies sont atteintes d’une maladie grave évolutive, potentiellement mortelle. Elles viennent du domicile, d’une autre institution ou d’un autre service. Leurs situations complexes peuvent difficilement être prises en charge dans les services conventionnels. Elles sont hospitalisées, après une évaluation d’un professionnel référent de soins palliatifs, soit pour une période de répit avec un projet de retour au domicile ou à proximité soit pour la fin de vie.
Les soins sont centrés sur la douleur, la souffrance et les autres symptômes. Le souci est de préserver le confort et la qualité de vie du malade et de soutenir l’entourage.
Les professionnels des autres services et du domicile sont invités à prendre part aux réunions cliniques pluridisciplinaires hebdomadaires pour favoriser la coordination de tous autour du projet des malades et de leurs proches. Une consultation externe peut être proposée pour le suivi des patients après l’hospitalisation.

La formation
Organisée pour une prise en charge idéale des malades, l’UASP est un centre de formation pour l’ensemble des étudiants et des professionnels du secteur sanitaire et social. C’est un lieu de stages pour les diplômes universitaires de soins palliatifs et de traitement de la douleur. Tous les membres de l’équipe participent à cette mission de formation dans la structure et à l’extérieur.

La recherche
Elle vise à améliorer la qualité des soins et de l’accompagnement à toutes les phases de la maladie. Elle est pluriprofessionnelle et englobe tous les champs d’action des soins palliatifs.

Ouverte le 12 novembre 2007,l’unité d’accompagnement et de soins palliatifs (UASP) est située provisoirement à l’hôpital Saint Eloi, dans le bâtiment Paul Lamarque et peut accueillir six patients et leur famille. Son équipe, pluridisciplinaire, est composée de soignants médicaux et paramédicaux volontaires et de bénévoles d’accompagnement des associations CRERSI et INTERVALLE.

Tout a été pensé pour que la personne en fin de vie puisse être prise en charge le plus humainement possible. Les chambres individuelles, la couleur des murs, le mobilier, la salle de bain thérapeutique, le salon d’accueil des familles, tout doit permettre au patient de “souffler” et de retrouver une quiétude souvent perdue. Dotée de 6 lits d’hospitalisation complète, l’UASP est un lieu de vie où une attention particulière est portée aux projets du malade et de son entourage. Le projet définitif pourrait accueillir 12 patients en hospitalisation complète et 3 patients en hospitalisation de jour.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.