Soins palliatifs : le souci du bien-être du patient et de ses proches

Le service de Soins palliatifs du CHU de Saint-Etienne propose différents soins de support et de confort en complément des traitements médicamenteux : diététique, relaxation/sophrologie, balnéothérapie, ostéopathie (en partenariat avec l’école d’ostéopathie de Saint-Etienne) et … sonothérapie. Entre musicothérapie et relaxologie, la sonothérapie vise une relaxation profonde en utilisant une gamme d’accords.
Le service de Soins palliatifs du CHU de Saint-Etienne propose différents soins de support et de confort en complément des traitements médicamenteux : diététique, relaxation/sophrologie, balnéothérapie, ostéopathie (en partenariat avec l’école d’ostéopathie de Saint-Etienne) et … sonothérapie.  Entre musicothérapie et relaxologie, la sonothérapie vise une relaxation profonde en utilisant une gamme d’accords. 
Catherine Lefebvre, sonothérapeute intervient depuis 2011 auprès des patients en séance individuelle. Elle transmet aux patients des sensations agréables tant pour le corps que pour l’esprit, à travers des instruments aux sonorités douces, comme le carillon, le tambour de la mer (qui imite le son du ressac), le bâton de pluie, les bols chantants… Le ressenti du son peut induire un apaisement, une détente, une paix intérieure, un moment de calme et de sérénité. 
Les proches sont associés
Devant la curiosité et le questionnement des proches, l’équipe a instauré des séances à leur attention comprenant un temps de découverte pour une meilleure compréhension de la de cette technique du « Toucher par les Sons ». 
Le projet, validé par l’équipe médicale et paramédicale, est déployé depuis l’automne 2014. Les séances « entourage proche » ont lieu sur proposition de l’art-thérapeute après avis de l’équipe paramédicale. Elles se déroulent dans un lieu dédié et au « calme » pour favoriser la détente. 
L’enquête de satisfaction menée auprès de l’entourage montre des retours très positifs et conforte l’intérêt de cet accompagnement. Les participants expriment une diminution de divers symptômes liés au stress, comme la sensation de peur, l’estomac noué, l’anxiété, les tensions et l’énervement. L’humeur s’améliore également. 
L’initiative apaisante de Saint-Etienne revêt une résonance particulière dans le contexte actuel très polémique autour de la fin de vie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.