Soins palliatifs : nouvelle unité et nouvelle étape dans la coopération avec l’HIA Legouest

Le service de soins palliatifs du CHR Metz Thionville, auparavant situé à l'hôpital Mercy à Metz, a emménagé en juillet 2014 sur le site de l'Hôpital d'Instruction des Armées (HIA) Legouest : 774 m², 10 chambres individuelles pour les patients et surtout plus d’espace pour les lieux de vie, l'art-thérapie et les activités qui sont au cœur des unités de soins palliatifs.

Le service de soins palliatifs du CHR Metz Thionville, auparavant situé à l’hôpital Mercy à Metz, a emménagé en juillet 2014 sur le site de l’Hôpital d’Instruction des Armées (HIA) Legouest : 774 m², 10 chambres individuelles pour les patients et surtout plus d’espace pour les lieux de vie, l’art-thérapie et les activités qui sont au cœur des unités de soins palliatifs. Ce transfert est l’une des 20 déclinaisons concrètes de l’accord-cadre de coopération qui lie les deux établissements depuis février 2014.
Des aménagements pour un plus grand confort des patients
Les soins palliatifs sont des soins qui ont pour objectif de préserver la qualité de vie, de soulager les douleurs physiques et tous les autres symptômes gênants face aux symptômes et aux conséquences d’une maladie grave et potentiellement mortelle. Une grande importance est accordée à l’environnement et à la qualité du lieu de prise en charge des patients.
Pour favoriser les rencontres et les temps de distraction, l’accent a été mis dans les nouveaux locaux sur le site de l’HIA Legouest sur les lieux de convivialité et d’échange. Une salle d’art thérapie et d’activité a été ouverte. Deux espaces de réunion et de rencontre ont été créés et sont ouverts tant aux bénévoles qu’aux équipes de soins. Quant au salon des familles, confortable avec ses fauteuils, sa télévision et ses grandes fenêtres, il est  équipé d’une douche spécifique et peut accueillir un lit d’appoint pour les proches qui veulent rester dans l’unité. Un piano est accessible à tous ceux qui le souhaitent. Tous les patients ont également la possibilité d’accéder au parc arboré. 
Au niveau fonctionnel, l’unité dépend toujours du CHR Metz Thionville, avec une gestion quotidienne coordonnée entre le CHR et l’HIA Legouest : la gestion des médicaments est dévolue au CHR et les personnels restent employés par le CHR, tandis que la réalisation des examens pour les patients est réalisée au niveau de l’HIA. Les professionnels de santé peuvent par ailleurs se connecter sur les réseaux informatiques des deux établissements.
Des travaux ont été réalisés  pour accompagner le transfert à hauteur de 32 000 euros.
L’activité s’intègre dans celle du service régional de soins palliatifs qui comprend également une équipe mobile, un service d’Hospitalisation à Domicile, des consultations externes et une autre unité à Hayange. Dirigé par le Dr Wary, ce service régional dispose de toute la filière enseignement et recherche et participe activement à la diffusion de la culture palliative sur le plan régional et international. 
Un transfert qui permet de répondre à un besoin d’offre de soins régionale important en hématologie
Les locaux libérés sur le site de Mercy ont permis de créer 10 lits supplémentaire d’hématologie, renforçant l’offre de soins assurée par ce service, qui est le seul service d’hématologie lourde en Nord Lorraine et prend en charge des patients atteints de pathologies complexes en complémentarité avec le service du CHU de Nancy, et en coopération avec l’unité d’hématologie situé à l’hôpital Robert Schuman qui n’assure pas l’hématologie lourde. Cette augmentation de lit permet de répondre à une augmentation de la file active de patients : + 4% en 2014 et un taux d’occupation qui atteint 99%. Cette progression s’explique par l’augmentation du nombre de patient suivis suite aux avancées thérapeutiques, par le développement des traitements pour les patients âgés en lien avec l’oncogériatrie et par l’augmentation significative de l’incidence des hémopathies malignes. L’arrivée d’un nouveau praticien, mis à disposition par l’HIA Legouest et spécialisé en hématologie, a accompagné cette évolution.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Pour les CHU, le spectre de l’impasse financière

Dans un communiqué rendu public ce lundi 2 octobre, la Conférence des Directeurs Généraux de CHU s’alarme de la mauvaise situation financière des CHU français, imputable selon elle aux surcoûts en termes de ressources humaines et aux effets de l’inflation. Et redoute une dégradation rapide si l’Etat ne fait rien.

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

Dossier : l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

L’Accident Vasculaire Cérébral touche 150 000 personnes par an. Responsable de 110 000 hospitalisations selon le ministère de la santé, cet arrêt soudain de la circulation sanguin à l’intérieur du cerveau représente la troisième cause de décès chez l’homme et deuxième chez la femme, soit au total 30 000 décès par an. En France, plus de 500 000 Français vivent avec des séquelles suite à un AVC.

AVC : la promesse d’une prise en charge en moins de dix minutes

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Coup d’oeil sur le métier d’infirmière formatrice

Isabelle Teurlay-Nicot est infirmière formatrice auprès des aides-soignants à l’IMS (Institut des Métiers de la Santé) du CHU de Bordeaux. Un métier qui ne se limite pas seulement à la notion d’apprentissage. En juillet dernier, elle a accepté de revenir sur cette profession ou se mêlent expertise médicale et pédagogie.