Soins palliatifs : nouvelle unité et nouvelle étape dans la coopération avec l’HIA Legouest

Le service de soins palliatifs du CHR Metz Thionville, auparavant situé à l'hôpital Mercy à Metz, a emménagé en juillet 2014 sur le site de l'Hôpital d'Instruction des Armées (HIA) Legouest : 774 m², 10 chambres individuelles pour les patients et surtout plus d’espace pour les lieux de vie, l'art-thérapie et les activités qui sont au cœur des unités de soins palliatifs.

Le service de soins palliatifs du CHR Metz Thionville, auparavant situé à l’hôpital Mercy à Metz, a emménagé en juillet 2014 sur le site de l’Hôpital d’Instruction des Armées (HIA) Legouest : 774 m², 10 chambres individuelles pour les patients et surtout plus d’espace pour les lieux de vie, l’art-thérapie et les activités qui sont au cœur des unités de soins palliatifs. Ce transfert est l’une des 20 déclinaisons concrètes de l’accord-cadre de coopération qui lie les deux établissements depuis février 2014.
Des aménagements pour un plus grand confort des patients
Les soins palliatifs sont des soins qui ont pour objectif de préserver la qualité de vie, de soulager les douleurs physiques et tous les autres symptômes gênants face aux symptômes et aux conséquences d’une maladie grave et potentiellement mortelle. Une grande importance est accordée à l’environnement et à la qualité du lieu de prise en charge des patients.
Pour favoriser les rencontres et les temps de distraction, l’accent a été mis dans les nouveaux locaux sur le site de l’HIA Legouest sur les lieux de convivialité et d’échange. Une salle d’art thérapie et d’activité a été ouverte. Deux espaces de réunion et de rencontre ont été créés et sont ouverts tant aux bénévoles qu’aux équipes de soins. Quant au salon des familles, confortable avec ses fauteuils, sa télévision et ses grandes fenêtres, il est  équipé d’une douche spécifique et peut accueillir un lit d’appoint pour les proches qui veulent rester dans l’unité. Un piano est accessible à tous ceux qui le souhaitent. Tous les patients ont également la possibilité d’accéder au parc arboré. 
Au niveau fonctionnel, l’unité dépend toujours du CHR Metz Thionville, avec une gestion quotidienne coordonnée entre le CHR et l’HIA Legouest : la gestion des médicaments est dévolue au CHR et les personnels restent employés par le CHR, tandis que la réalisation des examens pour les patients est réalisée au niveau de l’HIA. Les professionnels de santé peuvent par ailleurs se connecter sur les réseaux informatiques des deux établissements.
Des travaux ont été réalisés  pour accompagner le transfert à hauteur de 32 000 euros.
L’activité s’intègre dans celle du service régional de soins palliatifs qui comprend également une équipe mobile, un service d’Hospitalisation à Domicile, des consultations externes et une autre unité à Hayange. Dirigé par le Dr Wary, ce service régional dispose de toute la filière enseignement et recherche et participe activement à la diffusion de la culture palliative sur le plan régional et international. 
Un transfert qui permet de répondre à un besoin d’offre de soins régionale important en hématologie
Les locaux libérés sur le site de Mercy ont permis de créer 10 lits supplémentaire d’hématologie, renforçant l’offre de soins assurée par ce service, qui est le seul service d’hématologie lourde en Nord Lorraine et prend en charge des patients atteints de pathologies complexes en complémentarité avec le service du CHU de Nancy, et en coopération avec l’unité d’hématologie situé à l’hôpital Robert Schuman qui n’assure pas l’hématologie lourde. Cette augmentation de lit permet de répondre à une augmentation de la file active de patients : + 4% en 2014 et un taux d’occupation qui atteint 99%. Cette progression s’explique par l’augmentation du nombre de patient suivis suite aux avancées thérapeutiques, par le développement des traitements pour les patients âgés en lien avec l’oncogériatrie et par l’augmentation significative de l’incidence des hémopathies malignes. L’arrivée d’un nouveau praticien, mis à disposition par l’HIA Legouest et spécialisé en hématologie, a accompagné cette évolution.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.