Soins palliatifs, une maison hospitalière de 10 chambres sur jardin

Le 17 octobre 2009, le CHU inaugurait la nouvelle unité de soins palliatifs de 10 chambres individuelles ; une création qui complète l'offre régionale jusqu'alors composée de lits identifiés dans les services de médecine et de chirurgie et d'une équipe mobile.

Le 17 octobre 2009, le CHU inaugurait la nouvelle unité de soins palliatifs de 10 chambres individuelles ; une création qui complète l’offre régionale jusqu’alors composée de lits identifiés dans les services de médecine et de chirurgie et d’une équipe mobile.

Installée dans un cadre paysager, en rez-de-jardin du Pavillon Joseph Garnier, l’unité comprend dix chambres individuelles suffisamment spacieuses pour rajouter un lit d’accompagnant. L’équipe a particulièrement soigné la décoration : l’accent a été mis sur la douceur des formes et l’harmonie de couleurs afin de renforcer le caractère apaisant, chaleureux et familial du lieu (fauteuils club, tables basses, espaces de convivialité…). Dans cette maison, chacun vit à son rythme et les proches peuvent rendre visite à leur parent à tout moment. Des équipements sophistiqués améliorent le confort des patients comme la baignoire thérapeutique à ultrasons qui évite de frotter les personnes car les ultrasons ont un effet nettoyant et enlèvent les peaux mortes.

Personnes accueillies
L’unité de soins palliatifs prend en charge des personnes atteintes de maladie grave, évolutive et /ou terminale. Les personnes accueillies le sont pour une période de répit ou pour préparer un projet de retour à domicile ou encore pour être accompagnées jusqu’au terme de leur vie.
Toute demande d’admission présentée par un médecin libéral ou hospitalier fait l’objet d’une évaluation.
Dans cette unité, la prise en charge globale tient compte de la singularité de la personne soignée dans toutes ses dimensions : physique, psychique, sociale, existentielle et spirituelle. L’objectif premier est de soulager la douleur et les symptômes d’inconfort, d’apaiser la souffrance psychique tout en tenant compte du contexte environnemental de la personne. La philosophie des soins palliatifs s’attache à préserver la dignité de l’individu et à respecter son chemin de vie. Les soins palliatifs accompagnent les proches pendant toute la prise en charge et proposent un soutien aux familles endeuillées.

Composition de l’équipe
Sous la direction du docteur Laurent Montaz, responsable de cette unité, l’équipe est composée d’un cadre supérieur de santé, d’un cadre de santé, de 9 infirmières, de 8 aides-soignantes, d’une maîtresse de maison et d’une secrétaire. Une psychologue, un kinésithérapeute, une assistante sociale, les bénévoles de l’association JALMAV interviennent également.

Les missions d’enseignement et de recherche
Dans le cadre de sa mission de formation et d’enseignement l’unité accueille l’ensemble des étudiants du secteur sanitaire et social. C’est un lieu de stage pour les étudiants suivant une spécialisation universitaire de soins palliatifs et de traitement de la douleur, L’unité participe à la mise en place et au fonctionnement des espaces éthiques régionaux.
Quant à l’activité de recherche, elle s’inscrit dans une dynamique multidisciplinaire et souvent multicentrique. Les travaux portent sur les études cliniques et les traitements en soins palliatifs mais aussi sur les questions d’éthique, de sciences humaines et sociales.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.