Solidarité avec le Liban : les Hôpitaux Universitaires de Marseille (AP-HM) répondent présents

Le 4 août dernier, une double explosion sur le port de Beyrouth créait des dégâts humains et matériels considérables. Face à ce drame, les Hôpitaux Universitaires de Marseille (AP-HM) ont souhaité venir en aide aux Beyrouthins.

Le 4 août dernier, une double explosion sur le port de Beyrouth créait des dégâts humains et matériels considérables. Face à ce drame, les Hôpitaux Universitaires de Marseille (AP-HM) ont souhaité venir en aide aux Beyrouthins.
Le 25 août 2020, ce sont 2.5 tonnes de dons qui ont pris la mer à destination du Port de Beyrouth sur le navire du Groupe CMA CGM dans le cadre de l’opération humanitaire « Un bateau pour le Liban » portée par la Fondation CMA CGM en partenariat avec le Centre de crise et de soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.
L’Ordre de Malte réceptionnera : 9 palettes de médicaments et de dispositifs médicaux, 9 palettes de matériel médical. Ces dons n’auraient pas pu être constitués sans l’enveloppe financière octroyée par l’Agence Régionale de Santé Provence-Alpes-Côte d’Azur et une mobilisation sans faille des équipes de l’AP-HM pour assurer la logistique de cette opération, l’approvisionnement et la négociation auprès des fournisseurs, dans un délai contraint, en plein cœur de l’été. La Région Provence-Alpes-Côte d’Azur s’est associée à cette opération et a inclus à l’envoi de l’AP-HM 30 000 masques chirurgicaux et 5 000 masques FFP2.
L’AP-HM fait également parvenir à Beyrouth deux ambulances type SMUR à l’Hôpital Libanais Geitaoui – centre hospitalier universitaire et une ambulance type SMUR à Saint Georges Hospital – University Medical Center.
L’opération humanitaire portée par la Fondation CMA CGM, « Un bateau pour le Liban » permettra non seulement d’acheminer les dons de l’AP-HM, mais également du matériel d’urgence et des biens et produits de première nécessité fournis par des ONG, des entreprises françaises, et des institutions comme le Ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, de la Région SUD Provence-Alpes-Côte d’Azur, du Département des Bouches du Rhône, de la Ville de Marseille et du Bataillon des Marins-Pompiers de Marseille.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.