Solidarité pour la prise en charge d’une petite fille cambodgienne au CHU de Caen

La petite Schroen Chen, 5 ans, avait été victime d’une brûlure accidentelle à l’âge de 2 ans au Cambodge et opérée sur place en 2017 par le Pr Bénateau via l’association «Les Enfants du Noma». Elle a été rapatriée cet été au CHU de Caen Normandie, dans le cadre d'une prise en charge solidaire, pour une série d'interventions destinées à réduire l'étendue de ses brulûres. Ainsi, le 29 août dernier, le Pr Bénateau, chef de service, chirurgien maxillo-facial, le Dr Chatellier, chirurgien maxillo-facial et le Dr Bronfen du service de chirurgie pédiatrique l’ont opérée, assistés des Dr Boutros et Dr Abadie, anesthésistes.
La petite Schroen Chen, 5 ans, avait été victime d’une brûlure accidentelle à l’âge de 2 ans au Cambodge et opérée sur place en 2017 par le Pr Bénateau via l’association «Les Enfants du Noma». Elle a été rapatriée cet été au CHU de Caen Normandie, dans le cadre d’une prise en charge solidaire, pour une série d’interventions destinées à réduire l’étendue de ses brulûres. Ainsi, le 29 août dernier, le Pr Bénateau, chef de service, chirurgien maxillo-facial, le Dr Chatellier, chirurgien maxillo-facial et le Dr Bronfen du service de chirurgie pédiatrique l’ont opérée, assistés des Dr Boutros et Dr Abadie, anesthésistes.

Un rapatriement pour lui faire bénéficier des meilleurs soins

Les surfaces brûlées étaient très étendues et touchaient essentiellement le visage, le thorax et le membre supérieur gauche. N’ayant pu bénéficier d’une prise en charge adéquate sur place au moment de l’accident, la jeune patiente a fini par cicatriser après de longs mois de souffrance, au prix de rétractions importantes et restait très handicapée.Un premier geste de débridement avait déjà été effectué au Cambodge par le Pr Bénateau, il y a 2 ans. Mais les résultats de cette première intervention se sont avérés insuffisants.

Une solidarité financière et organisationnelle

Le Pr Bénateau a donc décidé le rapatriement sanitaire de la fillette sur le CHU afin de disposer des meilleures conditions pour assurer cette prise en charge complexe (soins de greffes prolongés, massage-pétrissages, port de vêtements compressifs et d’orthèse…) et une surveillance  post-opératoire sur plusieurs semaines. 

Le Pr Bénateau est impliqué depuis 20 ans dans des associations humanitaires. Dans le cadre de la prise en charge de Schroen Chen, la solidarité est à la fois financière et organisationnelle puisque la fillette et sa maman vont séjourner environ 2 mois à Caen chez une infirmière du CHU à la retraite.

Une chaine de solidarité avec l’association «Les Enfants du Noma»

L’association «Les Enfants du Noma» a vocation à intervenir in situ soit dans le pays d’origine des patients. Ainsi tous les ans, le Pr Bénateau avec d’autres membres de l’équipe du CHU se rendent à l’étranger (Cambodge, Madagascar, Guinée) pour y effectuer des opérations chirurgicales.
Comme c’est le cas de Schroen Chen, certains enfants présentent des pathologies particulièrement lourdes nécessitant un rapatriement au CHU de Caen Normandie pour une prise en charge optimale. Ces patients sont opérés environ une semaine après leur arrivée, puis séjourne environ 2 mois en France, dans une famille d’accueil, ce qui permet un suivi optimal par les équipes médicales. La difficulté pour ces patients est de trouver le financement nécessaire à leur transfert qui, à chaque fois, fait intervenir des chaines de solidarité.
Pour plus d’informations : Les Enfants du Noma

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.