Les Français aiment leurs hospitaliers !

Les professionnels de l'hôpital jouissent d’une excellente image auprès des patients. Ils en ont conscience et aiment leur travail. C'est ce que révèle, entre autres conclusions, "Le carnet de santé des Français et personnels hospitaliers". Un sondage réalisé par Odoxa pour la Mutuelle Nationale des Hospitaliers (MNH) et publié en partenariat avec le Figaro et France Inter.

Les professionnels de l’hôpital jouissent d’une excellente image auprès des patients. Ils en ont conscience et aiment leur travail.  C’est ce que révèle, entre autres conclusions, "Le carnet de santé des Français et personnels hospitaliers". Un sondage réalisé par Odoxa pour la Mutuelle Nationale des Hospitaliers (MNH) et publié en partenariat avec le Figaro et France Inter.
Pour la première fois, ce type de sondage prends le pouls des professionnels de santé avec celui des patients. L’enquête à été ainsi menée en décembre 2017 auprès 1 028 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus et de 1288 adhérents MNH (894 soignants et 394 non soignants).

Les personnels plus durement touchés par les affections hivernales

Les maladies et problèmes de santé des Français ont très largement augmenté en novembre et en décembre 2017, touchant une personne sur 5, du fait notamment de l’épidémie de grippe. Ces affections hivernales ont plus durement encore touché un tiers des personnels hospitaliers (32%), soit 12 points de plus que le niveau observé en population générale!

L’image indétrônable des infirmier(e)s

En termes d’image, les résultats pointent sans conteste une large satisfaction des patients vis à vis des personnels hospitaliers. Ils sont 86% à l’affirmer globalement et même plus de 90% à apprécier le travail des infirmièr(e)s et des aides-soignant(e)s! De leur côté, les professionnels de santé ont une idée juste (parfois sous-estimée) du très haut niveau d’estime dans lequel les patients les tiennent.

Des soignants satisfaits de leur travail mais…

Pour le reste, les professionnels de l’hôpital se disent pour 64% satisfaits de leur travail, mais leurs réponses révèlent de profondes disparités. Ainsi, un net clivage apparaît entre les personnels soignants et les non-soignants: si le niveau de satisfaction au travail des non-soignants est « dans la moyenne » de la population générale (74% vs 79%), tel n’est pas le cas pour les soignants qui ne sont que 60% à se dire satisfaits.
La satisfaction au travail apparaît particulièrement faible auprès des aides-soignantes (57%) et, dans une moindre mesure, des infirmières (61%) qui sont pourtant les deux catégories de personnels les plus appréciés des patients (et qui le savent). Dans leur ensemble ces personnels  affirment «manquer de temps pour accomplir leur travail», et «ne jamais avoir de moment de pause».

"Le sondage met en avant notamment le sentiment très marqué du manque de temps mais aussi du manque de reconnaissance, analyse le Dr Philippe Denormandie, directeur des Relations Santé MNH GROUP, dans sa conclusion. Les causes de ses difficultés sont sûrement complexes à la fois matérielles (les contraintes financières et d’organisation…) et immatérielles (la perte des sens, les relations avec les patients….)". A savoir, liées à la considération, jugée souvent insuffisante, que leur porte la société.
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.