Sortir de l’alcoolisme : un jeu où tout le monde gagne !

Sortir de l’alcoolisme impose - au-delà de la prise en charge médicale- de trouver des clés pour gérer son temps et ses émotions : deux composantes de la vie réelle qui peuvent devenir sources d’angoisse pour des personnes vulnérables. Avant même de pouvoir reprendre contact avec une vie active, il est nécessaire pour ces patients de repenser leur rythme de vie et de poser les repères qui leur permettront de se construire une nouvelle route. C’est là qu'intervient le jeu, véritable transition vers l'adoption de nouveaux loisirs et support à un travail sur soi pour accepter l’idée même de se divertir. Ce "jeu des loisirs" inédit a été développé au CHU de Nancy.

Sortir de l’alcoolisme impose – au-delà de la prise en charge médicale- de trouver des clés pour gérer son temps et ses émotions : deux composantes de la vie réelle qui peuvent devenir sources d’angoisse pour des personnes vulnérables. Avant même de pouvoir reprendre contact avec une vie active, il est nécessaire pour ces patients de repenser leur rythme de vie et de poser les repères qui leur permettront de se construire une nouvelle route. C’est là qu’intervient le jeu, véritable transition vers l’adoption de nouveaux loisirs et support à un travail sur soi pour accepter l’idée même de se divertir. Ce "jeu des loisirs" inédit a été développé au CHU de Nancy.
Dans le cadre de la création d’un groupe de prévention sur la rechute, Katy Flaga et Carine List, assistantes sociales au Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie et de l’Équipe Hospitalière de Liaison en Addictologie du CHU, ont imaginé en 2007 un jeu de société thérapeutique, fabriqué par un professionnel en 2011. De facture classique, il invite les joueurs, après avoir lancé un dé, à déplacer des pions sur un plateau, les conduisant de thématique en thématique, de la définition des loisirs, aux avantages des temps de loisirs en passant par les freins aux loisirs.
Proposé aux patients dans le cadre d’un suivi ambulatoire ou du programme thérapeutique au service d’Addictologie, ce jeu permet aux personnes prises en charge de partager, de confronter leurs expériences et de libérer leur parole en répondant à toute une série de questions, telles que « Se distraire, est-ce combattre l’ennui ? » ou « Le loisir est-il une histoire d’enfant ? » Une façon agréable d’envisager la vie après l’alcool et de parvenir à une réflexion collective sur le loisir.
Carine List et Katy Flaga racontent que la rédaction des règles de jeu a exigé une grande rigueur : « Les règles de jeu particulier c’est qu’elles ne doivent mettre personne en difficulté. Il est exclu que quiconque puisse se ressentir en situation d’échec par rapport à une quelconque victoire fut-elle virtuelle. » Le jeu des loisirs est un outil thérapeutique et ludique qui constitue un « plus » dans le parcours global de la prise en charge du patient, un itinéraire parfois complexe où la parole du patient peut avoir du mal à circuler dans un environnement professionnel spécialisé.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.