SOS Mains : des spécialistes 24/7 au CHU de Rouen

Constituée de multiples nerfs, tendons, artères, articulations et os, la main est un organe complexe et particulièrement vulnérable. La moindre coupure au-delà de la peau peut provoquer des dégâts irréversibles comme la perte de sensibilité, l’infection des tendons ou des articulations et la perte de mobilité. Pour traiter les plaies au mieux et au plus vite, le CHU de Rouen a ouvert un centre SOS Main en 2001*, premier et toujours unique service dédié en Haute-Normandie.
Constituée de multiples nerfs, tendons, artères, articulations et os, la main est un organe complexe et particulièrement vulnérable. La moindre coupure au-delà de la peau peut provoquer des dégâts irréversibles comme la perte de sensibilité, l’infection des tendons ou des articulations et la perte de mobilité. Pour traiter les plaies au mieux et au plus vite, le CHU de Rouen a ouvert un centre SOS Main en 2001*, premier et toujours unique service dédié en Haute-Normandie.
Du soin de la plaie à l’amputation, l’unité soigne toutes les blessures et son expertise attire un nombre croissant de patients. L’équipe d’intervention vient d’être renforcée et compte désormais 11 microchirurgiens orthopédistes ou plasticiens, diplômés de chirurgie de la main. Ils opèrent en ambulatoire une quarantaine de personnes par mois. Les interventions lourdes comme les réimplantations des doigts coupés, les lésions multiples ou les soins du week-end, sont traitées au bloc des urgences et les blessés sont pris en charge en hospitalisation traditionnelle. 
En cas d’accident de la main, les spécialistes de cette unité rappellent l’importance d’explorer chirurgicalement les blessures du côté de la paume car les nerfs, artères et tendons peuvent être touchés, même si la plaie paraît peu profonde. Il en est de même pour le dos de la main ou des doigts : une plaie d’une articulation passée inaperçue peut entraîner une infection de l’articulation. 
SOS Mains : une permanence assurée 24/7
Un senior et un interne SOS Main sont  de garde sur place 7j/7. Orientés par l’interne les patients sont accueillis du lundi au vendredi, à partir de 10 h, au rez-de-chaussée du pavillon Dévé 1.
En ambulatoire, ils sont vus par un médecin anesthésiste, opérés par un chirurgien de la main l’après-midi et peuvent rentrer chez eux le soir.          
Une salle de consultation spécialisée d’urgence main est ouverte du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h au RDC du pavillon Dévé 2.
En dehors de ces horaires, les blessés sont accueillis au service des urgences.
*En 1972, Raymond Vilain lance les premières structures hospitalières SOS Main, à Paris. En Haute-Normandie, le 1er SOS Main est créé en 2001 au CHU de Rouen avec les Pr Isabelle Auquit-Auckbur, Pierre-Yves Milliez et Roberto Beccari. Les interventions vont du soin aux plaies bénignes jusqu’à l’amputation complète du bras.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

AVC : COURSE CONTRE LA MONTRE AU CHU DE MONTPELLIER

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Hépatite C : à Strasbourg, Frédéric Chaffraix dirige le service qui l’a soigné

C’est tout près de l’hôpital Civil (Hôpitaux Universitaires de Strasbourg) que nous avons croisé la route de Frédéric Chaffraix, Responsable du Service Expert de Lutte contre les Hépatites Virales en Alsace (SELHVA). Ce service, l’homme de 42 ans le connaît bien. Car avant d’en prendre la tête – lui qui n’est pas médecin -, Frédéric l’a côtoyé en tant que patient, après avoir vécu vingt-trois ans, et sans le savoir, avec le virus de l’hépatite C. Rencontre.

Dossier : la maladie de Lyme

Dans ce dossier, nous abordons la piqure de tique et la transmission de la bactérie Borrelia, à l’origine de la très médiatisée maladie de Lyme. L’occasion, sur la base de travaux et d’études scientifiques, de démêler le vrai du faux à l’heure où les controverses et fausses informations pullulent sur internet.