Soutien de l’ARS au projet médical de la psychiatrie du CHU de Saint-Etienne

L’agence régionale de santé (ARS) Auvergne-Rhône-Alpes confirme à la direction du CHU de Saint-Etienne l’abondement de sa dotation annuelle de financement de la psychiatrie, dès le début de l’année 2019, à hauteur de 500 000 € reconductibles sur les exercices ultérieurs.
L’agence régionale de santé (ARS) Auvergne-Rhône-Alpes confirme à la direction du CHU de Saint-Etienne l’abondement de sa dotation annuelle de financement de la psychiatrie, dès le début de l’année 2019, à hauteur de 500 000 € reconductibles sur les exercices ultérieurs.
La décision de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes d’abonder la dotation annuelle de financement en psychiatrie de 500 000 euros pour le CHU de Saint-Etienne se fonde sur le constat, dressé par l’agence, des efforts menés par l’établissement depuis un an, pour répondre aux recommandations émise en janvier 2018 par le contrôleur général des lieux de privation de liberté. 

Un plan d’actions de grande envergure

En effet, l’établissement a déployé de nombreuses actions, avec l’accompagnement de l’ARS :
– élaboration en cours d’un nouveau projet médical pour la psychiatrie ;
– renforcement du plan de formation à destination du personnel de ce secteur ;
refonte des procédures encadrant le recours à la contention et à l’isolement des patients ;
– définition d’un nouveau projet architectural pour l’accueil et la prise en charge des urgences psychiatriques. La réalisation de ce projet ambitieux, estimé à 600 000 €, nécessitait au préalable l’obtention d’un permis de construire ; ce dernier vient d’être notifié à l’établissement, permettant ainsi d’envisager le démarrage des travaux dès le début de l’année 2019.
La Direction Générale du CHU se félicite de la reconnaissance des efforts entrepris par les équipes du CHU, et du soutien significatif que l’ARS apporte aujourd’hui au développement des activités de psychiatrie.  L’emploi de ces moyens supplémentaires fera l’objet d’une réflexion partagée entre la direction et les services de psychiatrie 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.